Ford

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.


Image:Crayon.gif Cet article est considéré comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en le modifiant (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Ford&action=edit).
La liste complète de ces articles en cours de rédaction est consultable ici (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Cat%C3%A9gorie:WikiF1:%C3%A9bauche).


Sommaire

La marque Automobile

La Ford Motor Company, fondée par Henry Ford en 1903 à Détroit (Michigan) est une des marques incontournables dans le monde de l'automobile et des sports mécaniques.

Les débuts d'Henry Ford

Henry Ford, destiné à reprendre les terres agricoles de ses parents s'intéressa très tôt à la mécanique et aux technologies nouvelles. Ainsi, au lieu de devenir fermier il entra comme ingénieur dans la compagnie d'éclairage de Thomas Edisson après avoir été mécanicien.
Il se passionna rapidement pour le moteur à explosion dans le but premier de faciliter la tâche de ses parents dans l'entretient de leur domaine agricole.
Dès 1893, il fabriqua son premier moteur à explosion : un bicylindre qu'il monta dans un vehicule rudimentaire fabriqué pour l'occasion. Trois ans plus tard, son premier véhicule est prêt. En même temps l'automobile a droit à ses premiers balbutiements en Europe, ce qui a le don de prendre Henry Ford au jeu et de lui faire oublier la vocation agricole de son invention pour devenir constructeur automobile.
Il fonde ainsi en 1899 la Detroit Automobile Company qui sera un cuisant échec : peu de véhicules sont vendus et deux ans plus tard la compagnie est dissoute.

Création de la Ford Motor Company

Immédiatement après la dissolution de la Detroit Automobile Company, Henry Ford s'associe avec William Murphy, un des hommes les plus riches de la région de Détroit et fonde alors la Henry Ford Motor Company en 1901.
Pour promouvoir sa nouvelle compagnie automobile, un modèle de course, la 999 est construite et remporte plusieurs courses nationales devant des modèles européens. Finalement, avide d'ambition, Henry Ford va se séparer de son associé pour fonder, cette fois avec Alexander Malcolmson, propriétaire de nombreux entrepôts de charbon et huit autres actionnaires la Ford Motor Company le 3 Juin 1903.

[1908 - 1923] La Ford T et le Fordisme

Le premier modèle de la marque, la Ford A se vend à 1700 exemplaires en quinze mois, garantissant au constructeur une très bonne santé financière. Mais Détroit est en mutation : le succès de Ford métamorphose la ville nord-américaine et de nombreuses usines se construisent tandis que les investisseurs sont prêt à soutenir de nombreux projets liés à l'automobile. Henry Ford voit grand et veut profiter de cet essor qu'il a créé. C'est ainsi qu'il sort en 1908 la Ford T. Plutôt frêle mais solide, elle est déclinée en plusieurs version afin de satisfaire plusieurs catégories de clientèle : autant citadine que rurale. Bien que plutôt onéreuse, elle va vite très bien se vendre. Ford va garder la même orientation pour sa compagnie jusqu'en 1912, où il va introduire des chaines de montage dans ses usines. Il va réussir par ce moyen à réduire le temps de fabrication d'une Ford T de 12h28 à 1h33 en 18 mois. Grâce à ce tour de force magistral pour l'époque il produit ses voitures à une cadence bien plus élevée que ses concurrents, et surtout les coûts de fabrication baissent. En 1915, Henry Ford décide même de rembourser 50 Dollars aux anciens acheteurs de Ford T. La cadence de production est telle qu'en 1920, la moitié des voitures vendues dans le monde est une Ford T, et il ne va pas hésiter donner les salaires les plus élevés de l'industrie de l'automobile à ses employés afin qu'ils puissent à leur tour rouler en Ford T. Jusqu'en 1923, près de 16 millions de Ford T seront vendues. C'est alors que Henry Ford, richissime et sans doute aveuglé par le succès va commetre de grosses erreurs de gestion.

[1923 - 1943] Au bord de la faillite

Très rudimentaire, la Ford T n'est pas conçue pour les nouveaux axes routiers construits pour que les automobiles puissent circuler. La clientèle a évolué et désire des voitures bien plus confortables et plus belles. Mais Henry Ford est persuadé que sa voiture est universelle et que rien ne peut la remplacer. Ce n'est pas le cas de son fils Edsel Ford, à la présidence de la compagnie depuis 1919. Un conflit familial va naître, jusqu'à ce qu'en 1926, Henry cède enfin. Mais la production d'une nouvelle automobile n'a pas été préparée, et durant sept mois les usines seront closes afin d'aménager les nouvelles chaînes d'assemblage pour y construire un nouveau modèle. General Motors, la firme concurente va profiter de cette année 1927 pour dominer les ventes de voitures, suprématie que Ford ne saura plus contester. La nouvelle Ford A est lancée au mois de septembre 1927 mais en dépit d'un bon accueil, elle se vendra moins que sa célèbre devancière.
Il faudra attendre les années 1932 et l'avènement des moteurs V8 pour que Ford retrouve en partie sa notoriété passée. Mais de nombreux conflits sociaux et de nouvelles joutes familiales plongent Ford dans le goufre. Henry Ford n'arrive plus à gérer cet empire où tout va si vite, et Elsel Ford, malade, décède en 1943. A 80 ans, Henry décide de reprendre la direction de sa compagnie mais sous l'influence de sa femme et surtout du gouvernement américain (Ford étant une des plus grosses industries américaine participant à l'effort de guerre) il lègue finalement le siège à son petit fils, Henry Ford II.

[1943 - années 1990] Retour sur le devant de la scène

C'est à l'âge de 27 ans que Henry Ford II prend le commandement de la marque automobile de son grand-père. Il s'est enrolé plusieurs années plus tôt dans l'armée américaine afin de fuir le climat familial tendu entre Henry et son père Elsel. Ainsi dès la fin de la guerre il va se constituer une équipe dirigeante composée essentiellement d'ancier officiers Marines diplomés dans de grandes écoles et qui vont réarranger la gestion autrefois archaïque de la compagnie grâce à leur rigueur. Ce sera la réintroduction d'actions Ford en bourse ou encore la restauration d'un dialogue social avec une politique de fonds de pension. Dans les années soixante, après deux décénies de restructuration et de bonne gestion que la Ford Motor Company prend la deuxième place mondiale des constructeuts automobiles derrière la General Motors, la grande rivale. Durant une décénnie elle gardera cette place, grâce notament à la Mustang et à une grande implication dans les sports automobiles comme la Formule 1 avec Cosworth ou l'endurance (avec entre autre la célèbre GT 40).
Mais la pénétration des marques japonaises dans le marché américain coûte cher à Ford, autant qu'à la General Motors ou encore à Chrysler, Ford perd même sa deuxième place mondiale au profit de Toyota.
Pour ne pas s'effondrer la compagnie doit encore une fois opérer une restructuration en 1980, en plus de se dédier au marché européen en diffusant des modèles plus en rapport avec la culture du vieux continent. Cette politique va porter ses fruits vers dans la deuxième moitié de la décénnie avec l'acquisition d'Aston Martin en 1987, celle de Jaguar deux ans plus tard puis de Volvo en 1999.


Implication de Ford dans les sports automobiles

Ford en Formule 1

Ford débarque officiellement en Formule 1 en 1967 avec un nouveau moteur 3 litres développé par Cosworth : le DFV. La première victoire de ce nouveau moteur arrivera dès Zandvoort, avec une fois de plus Jim Clark au volant de la superbe Lotus 49. Ce moteur va dominer la discipline (dans les années 70, il fournit toutes les équipes sauf BRM, Ferrari et Brabham qui sera fourni quelques saisons par Alfa Romeo) jusque dans les années 80 avant d'être dépassé par les Turbo BMW, Renault puis TAG-Porsche et Honda. Le Ford V8 Cosworth a continué à fournir des équipes puis est devenu un V10 à partir de 1996.
En tout, les Cosworth Ford V8 et V10 ont remporté 176 victoires, 139 pôle positions, 160 meilleurs tours et 10 titres de champion du monde des constructeurs entre 1967 et 2003, date de la dernière victoire, celle de la Jordan-Ford de Giancarlo Fisichella au grand prix du Brésil. Le moteur Ford Cosworth est le deuxième moteur de l'histoire en terme de victoires, derrière les moteurs Ferrari.

Ford s'est impliqué plus sérieusement en F1 à partir de Championnat du Monde de Formule 1 1997 en aidant Jackie Stewart et son fils Paul à créer leur écurie. En 2000, Stewart Grand Prix est vendu avec l'une de des marques de Ford : Jaguar. Mais ce fut un fiasco qui a pris fin au terme de la saison 2004 lorsque l'équipe a été racheté par le géant de la boisson énergétique : Red Bull.

Cosworth revient sur le devant de la scène en 2006 avec Williams mais Cosworth ne fait plus partie du giron de la marque.

Ford en Rallye

Le nom Ford apparaît sur le palmarès de certains rallyes dès les années 30 : ainsi note-t-on des victoires de la marque aux Rallye de Monte-Carlo en 1936 et 1938.
Quelques Ford Cortina ou Escort triomphent dans les années 60 et la marque remporte même la coupe des marques en 1968 et 1969. Mais ce n'est qu'en 1973 que Ford s'implique officiellement dans le rallye mondial. Dès cette première saison, l'Escort RS s'impose aux rallyes des 1000 lacs et du RAC avec Timo Makinen. Hannu Mikkola fait partie des premiers pilotes à donner ses lettres de noblesse à l'Escort.

Le premier sacre vient en 1979 : Björn Waldegaard remporte le championnat du monde des conducteurs en remportant l'Acropole et le titre constructeur est obtenu grâce aux belles performances de l'autre pilote maison, Mikkola, qui remporte le RAC et le Portugal.
Un second titre pilote est décroché en 1981, toujours sur une Escort, par le grand Ari Vatanen : il gagne les 1000 lacs, le Brésil et l'Acropole, avec un certain David Richards comme copilote.

Ford ne va pas s'engager immédiatement en Groupe B et n'y vient qu'en 1986, alors que cette catégorie ne va pas survivre aux drames qui vontla frapper.

Le Ford World Rally Team est crée en 1986 avec l'engagement de la RS2000 qui ne va pas briller face aux 205 T16 Evo 2 et Delta S4 qui écrasent la compétiton. Pis, au rallye du Portugal, Santos est victime d'un accident qui tue trois spectateurs. Le groupe B est mis à mort par la FIA (après un nouveau décès : Henri Toivonen se tue durant le Tour de Corse et est remplacé par une nouvelle formule plus rationnelle mais aussi moins spectaculaire, le Groupe A.
Ce n'est pas avec une Escort mais avec l'impressionnante Ford Sierra Cosworth que Ford est représenté. Didier Auriol l'amène à la victoire au Tour de Corse 1988. La Sierra va surtout se distinguer dans de nombreux championnats nationaux, avec un palmarès impressionnant :

  • 5 championnats de Hollande
  • 4 championnats de France
  • 3 championnats de Belgique
  • 2 championnats d'Espagne
  • 2 championnats d'Allemagne
  • 2 championnats de Pologne
  • 2 championnats de Grande-Bretagne
  • 1 championnat de Finlande

Elle est remplacée en 1993 par l'Escort RS Cosworth qui va courir jusqu'en 1998.
Dans ce laps de temps, Ford va souvent passer près du titre, avec François Delecour en 1993 et Carlos Sainz en 1996 mais sans jamais accrocher ni le championnat conducteur ni le championnat constructeurs. L'Escort RS Cosworth va accumuler entre 1993 et le début des années 2000 plus de 40 titres nationaux.

Une nouvelle ère est entamée en 1999 avec l'apparition de la première véritable WRC de Ford : la Focus. Aux mains de Colin McRae principalement, la voiture gagne de nombreuses courses mais n'est pas toujours irréprochable en fiabilité. Elle va triompher par la suite avec Markko Martin et actuellement Marcus Grönholm mais Ford attend toujours un sacre depuis 1981. La délivrance arrive enfin en 2006: rapide et fiable,la Focus permet au constructeur de remporter le titre mondial des marques,bien aidée certes par une concurrence moins forte(Kronos Citroen ne comptant que sur une seule voiture et Subaru sombrant).Marcus Gronhölm est vice-champion pilote avec 7 victoires et son équipier Mirko Hirvonen remporte également un rallye.

La Focus connaît aussi un beau destin dans les championnats nationaux, et se décline en Rallycross.

Début 2007,Ford a remporté pas moins de 56 rallyes mondiaux

Ford en USAC-Indycar-CART

Ford a assuré une présence dans cette discipline depuis ses débuts dans les années 1910 mais la première moitié du vingtième siècle ne voit que des participations épisodiques de voitures propulsées par des Ford.

Ca n'est que dans les années 60 que la marque s'implique plus sérieusement dans la discipline. Les premières victoires significatives viennent en 1965 : Jim Clark sur une Lotus 38-Ford remporte les 500 Miles d'Indianapolis et le champion USAC 1965 Mario Andretti a signé une partie de ses victoires avec une Hawk-Ford).
Les titres s'enchaînent dans les années 70 pour les Ford, en concurrence avec le prestigieux moteur Offenhauser dont la lignée domine les championnats américains depuis les années 30!
Ainsi Al Unser en 1970, Joe Leonard en 1971,A.J.Foyt en 1976 remportent le championnat USAC. Ford triomphe à l'Indy 500 en 1966 avec Graham Hill sur une autre Lotus, Al Unser réalise un doublé 70-71 sur des Colt puis Foyt en 1977 sur une Coyote-Ford.

A partir de 1977 et jusqu'en 1993, Ford est représenté par Cosworth : en 17 saisons, 12 titres s'accumulent avec les plus grands noms (Rick Mears, Bobby Rahal, Mario Andretti...) ainsi que 10 succès à Indianapolis. Le début des années 90 est dominé par les moteurs Chevrolet et le nom Ford réapparaît officiellement à partir de 1993 : un nouveau titre est glané en 1995 avec Jacques Villeneuve puis Ford va de nouveau subir la domination des moteurs Honda et Toyota jusqu'en 2002. A cette date, les deux japonais se consacrent à l'IRL et Ford devient le fournisseur de tout le plateau CART jusqu'à aujourd'hui.

En quarante années, badgées Ford et/ou Cosworth, les monoplaces propulsées par ces moteurs ont gagné plus de 300 courses et 23 titres (de façon large, en comptant les titres gagnés par certains pilotes avec plusieurs voitures de moteurs parfois différents).

Ford en NASCAR

Il est évident que le constructeur n'a pas ignoré la discipline phare du sport automobile américain. Ford s'y engage officiellement dans le milieu des années 50 et depuis n'a pas deserté les ovales. En tout, elle compte, avec ses modèles Ford Torino, Ford Taurus et désormais Ford Fusion (depuis 2006), pas moins de 568 victoires, à couteaux tirés avec Chevrolet qui en compte 578 !
8 titres pilotes complètent ce palmarès, le dernier en date datant de 2004 avec Kurt Busch.
Les Taurus et Fusion sont en partie préparées par le préparateur Jack Roush.

A cela il faut rajouter les succès des Nascar Bush Series (divison 2 de la Nascar) et en Nascar Craftsman Trucks Series.

Ford en Tourisme

Lorsqu'on parle de Tourisme, ce sont les noms de BMW ou Alfa Romeo qui viennent à l'esprit mais Ford n'est pas en reste et n'a ignoré aucun championnat.

En Trans-Am, la mythique Mustang et ses différentes générations ont toujours animé ce championnat. 12 titres ont été récoltés:

En Europe, Ford va dominer longtemps le championnat DRM, l'ancêtre du DTM, qui mettait aux prises des silhouettes. Le modèle engagée, la Capri/Escort, gagne entre 1972 et 1985 pas moins de 6 titres :

Ce modèle se distingue aussi dans l'ETCC.

A la fin des années 80, la Ford Sierra Cosworth a également été engagée sur circuit et avec succès : elle remporte le BTCC en 1985 avec Andy Rouse et en 1990 avec Robb Gravett, le préstigieux DTM avec Klaus Ludwig en 1988 et deux championnats V8 Supercars dans une version RS500 avec Dick Richards

Dans les années 90, c'est la Mondeo qui est lancée sur les pistes. Elle obtient un titre BTCC en 2000 avec Alain Menu.
Les 24 heures de Spa ont été remportées à six reprises par Ford :

En Australie, Ford est présent depuis les débuts du championnat australien, aujourd'hui dénommé V8 Supercars. C'est d'abord la Mustang qui est en lice puis, à partir des années 70 c'est la mythique Falcon qui est lancée. Ford cumule en tout 20 championnats, le dernier en date remontant à 2005 avec Russell Ingall.

Ford en Endurance

C'est dans les années 60 également que Ford, soucieux de soigner son image en Europe, s'attaque au championnat du monde des marques face aux européens Porsche et Ferrari. Il s'agit aussi d'une question personnelle : Ford veut racheter la Scuderia, défendue bec et ongles par Enzo Ferrari qui au contraire encourage Fiat à s'investir plus dans la firme de Modène. Un affront impardonnable pour l'orgueilleux Henri Ford II. Il s'agit désormais d'une affaire personnelle....

Tout commence en 1962, grâce à d'énormes finances, par le développement de la première traction de la marque, la Ford Cardinal. Cette voiture est mal née et sera reprise plus tard pour donner naissance à la Mustang. Pour ce qui est du projet de sportive, Ford reprend comme base la Lola Mk6 GT conçue par Eric Broadley et les premières GT40 sont alignées en 1964, mais avec plus d'abandons que de belles performances.
1965 voit l’arrivée de Carroll Shelby à la tête du team Ford et, plus tard dans l’année, l’apparition des Ford MkII avec un V8 de 7 litres. Immédiatement, le pragmatisme de Shelby paie. Il demande le remplacement du V8 tout alu pour le V8 4,7, des jantes à rayon par des jantes en alliage et bien sûr la modification de la boîte de vitesses « Colloti » puis son remplacement par la nouvelle boîte ZF. Dès la première course, les 2000 Km de Daytona, c’est la victoire, puis quelques places d’honneur. La voiture, au profil révolutionnaire et très aérodynamique, étudiée avec les meilleurs ordinateurs de l'époque, est délicate à conduire au début et demande beaucoup de talent.

Du talent, il y en a pour piloter ce monstre et à partir de 1967 le règne de la GT40 commence:

Ford triomphe aussi au championnat du monde des marques 1966 et 1968.

Ford se concentre dans les années 70 sur la F1 et l'Indycar. Toutefois, des moteurs Ford gagnent en 1975 (Jacky Ickx-Gijs Van Lennep sur Gulf Mirage) et en 1980 (Jean Rondeau-Jean-Pierre Jaussaud sur une Rondeau)

La marque revient officiellement en Groupe C au début des années 80 avec le prototype C100 mais les saisons 81 et 82 sont fort décevantes. Un nouveau prototype fut testé pour 1983 mais en dépit d'essais concluants, le programme fut stoppé net.

Ford investit aussi l'IMSA à partir de 1981 et s'associe au préparateur allemand Zakspeed pour aligner une Ford Capri Groupe 5 reconditionnée en Mustang. La Mustang GTP ne gagne qu'une course puis accumule les abandons. Elle sera remplacée en 1985 par la Probe GTP qui ne gagnera pas plus, Ford se rendant compte qu'il n'était plus nécessaire d'investir dans un championnat aux retombées médiatiques limitées.

Depuis, la présence de Ford est continue mais grâce à des préparateurs comme Saleen avec sa Mustang SR7 qui a remporté la classe GTO du GrandAm en 2000 ainsi que plusieurs courses de FIA-GT. Notons aussi les Riley & Scott en IMSA et GrandAm.

Autres disciplines

Bien qu'impressionnant, ce résumé n'est pas exhaustif. Il ne faut pas oublier que Ford motorise les series de Formule Ford depuis des décennies. La marque est impliquée aussi dans la NHRA (Dragster) et les carrosseries Ford triomphent notamment aux mains du légendaire John Force. Ford est aussi en Midget, en Off-Road....

Récupérée de "http://www.wikif1.org/Ford"
Outils personels