Jaguar XJR-14

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Sommaire

La dernière Jaguar Championne du Monde

La Jaguar XJR-14/591 après sa restauration en 2003
Agrandir
La Jaguar XJR-14/591 après sa restauration en 2003

Après deux saisons 1989 et 1990 où Jaguar a subi la domination des Sauber-Mercedes, TWR décide de profiter du changement de réglementation du Championnat du monde des Voitures de Sport (WSC) pour construire une nouvelle voiture. Tom Walkinshaw confie ce projet à l'ingénieur britannique Ross Brawn.
Motorisé par un V8 Ford directement issu de la Formule 1, la révolutionnaire Jaguar XJR-14 se révèle immédiatement comme étant l'épouventail du championnat "Sprint" 1991.
Malgré un double abandon à Suzuka, les XJR-14 (châssis 591 et 691) de Fabi-Warwick-Brundle surclassent leurs adversaires à Monza et à Silverstone, allant jusqu'à mettre 4 secondes pleines aux Peugeot 905 en essais.

Appartenant à cette génération de prototypes assimilés par certains à des "F1 déguisées", les XJR-14 ne peuvent prétendre participer aux 24 Heures du Mans 1991. Elles laissent leur place pour cette occasion aux vieillisantes XJR-12. Seul le chanceux Andy Wallace aura l'autorisation de Tom Walkinshaw de réaliser quelques tours durant les essais.

Le championnat 1991 reprend alors ses droits au mois d'août au Nürburgring. TWR y améne un tout nouveau châssis, le XJR-14/791. C'est avec cette voiture que le duo Warwick-Brabham apporte sa 3ème victoire de la saison à Jaguar. Mais le manque de moyens financiers commence à se faire sentir. Les XJR-14 sont moins dominatrices, faute d'essais de développement. Peugeot aligne sa nouvelle 905 Evo 1bis qui remporte la victoire à Magny-Cours et à Mexico. Lors de cette dernière course, les Jaguar boys n'avaient même pas emmené avec eux le mulet. Ce détail est d'importance et montre l'ampleur des restrictions budgétaires en fin de saison chez Jaguar. Après une grosse fuite d'huile sur le moteur de sa XJR-14/691 au warm-up, et en l'absence de mulet, le leader du championnat Teo Fabi ne put même pas défendre ses chances au Mexique...

Jaguar finira plus brillamment sa saison à Autopolis. Pour fêter son titre pilote, qui s'ajoute à celui des constructeurs, Teo Fabi signe la pole-position sur le mystérieux tracé japonais. Puis les deux XJR-14 finissent la course sur le podium en 2ème et 3ème position, laissant la victoire au duo Schumacher-Wendlinger sur Sauber C291/Mercedes.

Les Jaguar XJR-14 ne repartent pas immédiatement vers l'Europe. Elles participent, une semaine après Autopolis, à la manche de clôture du Championnat japonais de Sport-Prototype à Sugo. Cette pige commerciale est couronnée de succès puisque Fabi et Brabham enchaînent pole et victoire !

Une seconde vie en Amérique

C'est la fin de l'aventure en livrée violette "Silk Cut" pour les XJR-14. Jaguar décide de retirer ses voitures du Championnat du Monde. L'élaboration de la "XJR-18" (les numéros 15, 16 et 17 étant déjà pris par d'autres modéles de la marque) ne sera jamais finalisée.

Mais les XJR-14 ne vont pourtant pas rester au garage bien longtemps. Par la volonté de Ford, TWR-Jaguar continue son engagement dans le championnat américain IMSA. Au niveau de la livrée, les Jaguar américaines courent sous les couleurs de Castrol et de Bud Light. C'est Davy Jones qui est le pilote phare de Jaguar aux États-Unis. Après avoir utilisé une vielle XJR-16 turbo (châssis dérivé de la XJR-12, adapté aux circuits américains) à Daytona et à Sebring, Jones se voit confier le châssis XJR-14/591 à Miami. Cette nouvelle association fait rapidement merveille. Davy Jones enchaine trois pôles et signe même la victoire à Road Atlanta.

Malheureusement, Jaguar va connaitre de graves problèmes de jantes. Les circuits américains étant beaucoup plus bosselés et en général moins bien entretenus qu'en Europe ou au Japon, la XJR-14 va parfois mal le supporter. Davy Jones connait une premier gros crash à Lime Rock. La coque de son châssis 591 est touché à l'avant gauche. Avec le châssis 691, Jones signe deux poles et une victoire à Mid Ohio. De nouveau accidenté à Road America sur le tracé d'Elkhart Lake, le châssis 691 est détruit. Jones finit tout de même vice-champion derrière la Toyota Eagle de l'écurie de Dan Gurney.

Un surprenant épilogue

L'histoire du châssis XJR-14 aurait pu s'arrêter là. Mais le projet Porsche en décide autrement. Sur les trois châssis XJR-14, un seul reste roulant en course : le 791. Porsche rachète le 791 (jamais accidenté) et le transforme avant noël 1994 en barquette WSC-95 afin de disputer les 24 heures de Daytona. Finalement, c'est le Team Joest qui héritera du projet un an plus tard aux 24 heures du Mans. L'ancienne XJR-14/791, devenue WSC-95/001, remporte l'épreuve à deux reprises en 1996 et 1997.

Ce châssis se trouve aujourd'hui dans le musée personnel de Reinhold Joest. Quant aux deux autres châssis, ils ont longtemps été entreposés chez TWR. Tom Walkinshaw avait rapidement fait repeindre en livrée violette le châssis 591 pour l'exposer à diverses occasions. Mais le résultat n'était pas fameux et cette voiture n'avait ni boîte ni moteur.

Il a fallu attendre 2003 et la vente de toutes les Jaguar de TWR pour que les XJR-14 renaissent de leur cendres. Une restauration minutieuse à l'identique a été réalisée à cette occasion. Les moteurs Ford Cosworth ont été remontés, les capots retaillés en version 1991, avant que les voitures ne soient repeintes en livrée Silk Cut. Un nouveau châssis a été assemblé à cette occasion, le X91. La coque carbone a été refaite chez le sous-traitant d'origine. Le résultat est parfait. Cet exemplaire a tourné à Goodwood en 2011.

Palmarés

Championne du Monde des Voitures de Sports 1991 avec 3 victoires


Liens


Image:lauriers.png Cet article a été défini comme article de qualité faisant honneur à WikiF1, l'encyclopédie collaborative et libre du sport automobile. Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion ainsi que la liste des articles de qualité.
Outils personels