Kimi Räikkönen

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Kimi-Matias Räikkönen est un pilote de Formule 1 né le 17 octobre 1979 à Espoo en Finlande.

Sommaire

Biographie

Kimi Raïkkönen (Monaco 2005)
Agrandir
Kimi Raïkkönen (Monaco 2005)

Les débuts

Il débute en Karting en 1987 et remporte le championnat de Finlande de catégorie A en 1997. Les titres se succèdent en 1998 (il termine vice-champion d'Europe SA) et il essaye une Formule Renault en 1999. Il est engagé immédiatement pour la saison 2000 dans le championnat national britannique qu'il domine de la tête et des épaules en remportant 7 victoires en 10 courses. De belles performances en championnat d'Europe sont également à son actif.
Cela suffit à convaincre Peter Sauber de son talent et il l'engage pour la saison 2001 en Formule 1.

Une ascension météorique

Alors que sa super-licence est provisoire en début d'année, la FIA doutant des capacités de ce (trop ?) jeune pilote, il effectue des débuts fracassants en tournant immédiatement dans les temps de son prometteur coéquipier Nick Heidfeld. Non seulement sa super-licence est acquise, mais Ron Dennis lui-même voit en Kimi l'étoile montante de la F1 et il lui propose un contrat longue durée (5 ans) chez McLaren-Mercedes dès 2002. Kimi finit la saison 2001 en 10ème place du championnat du monde avec 9 points. Il fait mieux en 2002 avec 24 points et la 6ème place et se fait en particulier remarquer par sa vitesse sur la piste, bien qu'il soit malheureusement souvent trahi par sa mécanique. Sa première victoire lui échappe à Magny-Cours lorsqu'en fin de course et en tête du GP devant Michael Schumacher qui lui met la pression, il manque son freinage à Adelaïde sur une flaque d'huile laissée par le moteur à l'agonie d'Allan McNish. Sa déception est visible sur le podium. Surtout que le vainqueur est sacré champion du monde.

2003, la lutte pour le titre

En 2003, Kimi confirme tout le bien qu'on pense de lui en étant en lutte pour le titre jusqu'au dernier GP de la saison. Il finit 2ème du championnat avec 91 points à 2 points seulement de Michael Schumacher. Il remporte sa 1ère victoire en Malaisie et sera un abonné assidu du podium toute l'année sur une MP4/17D vieillissante qui n'est jamais la voiture dominante, devancée soit par la Ferrari F2003-GA, soit par la Williams FW25 voire par la Renault R23. Kimi devra même se contenter de la MP4/17D toute la saison, en effet la MP4/18 ne sera jamais alignée en championnat, un gros gachis de temps et d'argent.

Saison 2004 en demi-teinte

Si le début de l'année 2004 est un calvaire pour Kimi Räikkönen qui accumule les casses moteur sur une MP4/19 bridée au point de ne marquer qu'un seul point en 7 courses, la version B de la voiture qui débarque au GP de France marquera des progrès énormes de l'écurie, et permettra à Kimi de se battre à nouveau pour la victoire lors des GPs suivants. Il remporte une brillante 2ème victoire en Belgique après avoir été le plus féroce adversaire de Michael Schumacher (titré ce jour là !!!). De même à Silverstone et au début du GP d'Allemagne avant que son aileron arrière ne se détache. Il finira à une décevante 7ème place du championnat du monde avec 45 points, pendant que Michael Schumacher empoche son 7ème sacre mondial avec 148 points.

Une saison 2005 prometteuse

Kimi Raïkkönen (Monza 2005)
Agrandir
Kimi Raïkkönen (Monza 2005)

Après une saison 2004 plus que décevante pour McLaren (5ème au championnat du monde constructeurs), l'écurie de Woking décide de réagir grâce à 2 nouveaux atouts : l'arrivée du talentueux Juan-Pablo Montoya et surtout, une nouvelle voiture censée être bien plus compétitive que la précédente MP4/19. Les essais privées sont très favorables pour McLaren, qui vise le titre pilote et le titre constructeur.
Mais malgré un package performant, la McLaren souffre d'un gros défaut durant les premières courses : son inaptitude à chauffer les pneus sur un tour lancé est très pénalisante durant les qualifications se déroulant sur un tour lancé. Les 3 premières courses sont donc décevantes pour toute l'écurie, et Räikkönen ne marque que 7 points.
Après un abandon à Imola, il enchaine deux victoires (Monaco et Barcelone. Il mène le GP d'Europe jusqu'à l'amorce du dernier tour lorsque la suspension de sa monoplace se brise et l'envoit dans les pneus. Il se vengerait au GP d'après en signant la victoire au Canada. La même péripétie se reproduira à Hockenheim où il sera trahi par son hydraulique alors qu'il était largement en tête. Malgré ses 7 victoires dans cette saison, il ne pourra prétendre au titre que lui ravira Fernando Alonso plus régulier et plus chanceux.


2006 la fin chez les gris

Essais Privés Spa Août 2007
Agrandir
Essais Privés Spa Août 2007

Après deux titres de vice-champion, l'objectif 2006 est clair : le titre.
Cependant, Kimi va vite revoir ses objectifs à la baisse. En effet, la MP4/21 n'est pas une mauvaise monoplace mais elle est nettement en dessous de la Renault R26 ou de la Ferrari 248 F1. Dès lors, pour espérer faire de bons résultats, McLaren utilise une stratégie consistant à démarrer le GP avec le plein d'essence pour aller le plus loin possible avant le premier arrêt voir avoir un arrêt de moins que la concurrence. Kimi signe des podiums ici et là mais aucune victoire. Il signe néanmoins 3 pole positions en 4 grand prix entre le Grand Prix d'Allemagne et le Grand Prix d'Italie. C'est au cours de ce dernier, à Monza, que Ferrari l'annonce comme pilote titulaire pour 2007 (et ce pour 3 saisons) en remplacement de Michael Schumacher futur retraité.

Champion du Monde

La saison 2007 démarre en trombe. En Australie, il signe le coup du chapeau (pole, victoire, meilleur tour). Kimi semble avoir perdu son chat noir (son coéquipier l'ayant surement récupéré) car il n'abandonne que deux fois en 17 manches. Les erreurs de stratégie de McLaren envers leur leader Lewis Hamilton et cinq victoires du Finlandais repoussent l'échéance du titre mondial au dernier Grand Prix de la saison. Le titre constructeurs est acquis depuis Spa suite à la disqualification de McLaren pour l'affaire d'espionnage. Au soir du Grand Prix de Chine qu'il vient de remporter, Kimi est troisième du championnat avec 100 points derrière Hamilton (107) et Alonso (103). Autant dire qu'il n'est pas le favori. L'histoire du Grand Prix d'Australie 1986 (avec Alain Prost contre les Williams) se répétant ou la morale voulant être sauve, Kimi gagne le Grand Prix du Brésil devant son équipier Felipe Massa et devient champion du monde, 7 ans après ses débuts. McLaren tentera bien une action devant la FIA pour faire disqualifier les pilotes Williams et BMW Sauber. Pour sa première saison en rouge, Kimi décroche au volant de la F2007 le titre après lequel il courrait tant. Il devient le troisième Finlandais champion du monde après Keke Rosberg et Mika Häkkinen.

En 2008, de bons essais hivernaux l'annoncent comme son possible successeur, mais il commence sa saison laborieusement en Australie, enchaînant problèmes mécaniques et erreurs. Mais il se rattrape largement en Malaisie (où il l'emporte) et à Bahreïn (2ème derrière Felipe Massa). En tête du championnat, il signe la pole à Barcelone avant de l'emporter à nouveau. Il termine encore sur le podium d'Istanbul avant de connaître un difficile Grand Prix de Monaco, où, après avoir été contraint à un arrêt aux stands pour changer d'aileron avant (endommagé au freinage de Sainte-Dévôte), il percute la Force India d'Adrian Sutil, brillant 4ème, au freinage de la Piscine. Au Canada, alors que les pilotes sont sous le régime de la voiture de sécurité, il rentre aux stands. Bloqué à la sortie par un feu rouge, il est percuté à l'arrière par Lewis Hamilton qui repartait lui aussi de son stand. Il finit 2ème du Grand Prix de France après avoir signé la pole et avoir été affaibli par un échappement cassé. Il est désormais 3ème du classement, deux places derrière son coéquipier, vainqueur à Magny-Cours. 4ème à Silverstone, 6ème en Allemagne puis 3ème en Hongrie (où Massa abandonne alors qu'il était en tête), il revient difficilement à la 2ème place du championnat, derrière Hamilton et devant Massa. Victime d'une casse moteur à Valence puis d'une sortie de route à Spa (où il courrait vers la victoire), il réalise une course pénible à Monza avant d'abandonner, sur accrochage, à Singapour. Désormais perdu pour le titre, il tente vainement d'aider son coéquipier, qui perd le titre pour un point face à Lewis Hamilton.

Pour l'ouverture de la saison 2009, il ne se qualifie qu'en 9ème position avant d'abandonner en course. La Ferrari F60 se révèle moins performante que ses concurrentes et, lors des trois premières manches, ses pilotes ne marquent aucun point. Ce n'est qu'à Bahreïn que Räikkönen inscrit les points de la 6ème place. À Monaco, il décroche le podium derrière les Brawn. A la mi-saison, il n'est que 10ème du championnat avec 10 points, alors que Massa est 5ème (22 points). En Hongrie, où Massa est victime d'un terrible accident en qualifications, il termine 2ème et monte également sur le podium de Valence et remporte le Grand Prix de Belgique. Il est désormais 5ème du championnat. De nouveau sur le podium de Monza, il n'est que 10ème à Singapour avant d'être 4ème au Japon où Ferrari annonce son remplacement par Fernando Alonso pour 2010. 6ème d'un Grand Prix du Brésil mouvementé pour lui, il ne termine que 12ème à Abou Dabi. Il annonce alors qu'il ne participera pas à la saison 2010 de Formule 1 et qu'il envisage de disputer quelques manches en rallyes.

Parenthèse en rallye

Il se décide finalement pour le Citroën Junior Team (aux côtés de Kaj Lindström). Avec une 5ème place comme meilleur résultat (Turquie 2010), il termine 10ème du championnat du monde des rallyes 2010 et 2011. Il tâte également de la NASCAR avec deux manches en 2011.

Retour en Formule 1

Fiche signalétique

  • Finlandais
  • né le 17 octobre 1979 à Espoo (Finlande)
  • Début en GP : Australie 2001
  • Dernier GP : en activité
  • Nombre de Grands Prix : 193 (1 non participation)
  • Victoires : 20
  • Pole positions : 16
  • Meilleurs tours : 39
  • Podiums : 77
  • Points : 969
  • Tours en tête : 1 156


Modèles de Formule 1


Coéquipiers en Formule 1

Carrière en sport automobile

  • 1999 : Formule Renault GB, Formule Renault GB Winter Series (1er, 4 victoires), Formule Ford Festival, Formule Ford Europe (5ème)
  • 2000 : Formule Renault GB (1er, 7 victoires, 6 PP, 7 MT), Formule Renault Eurocup (7ème, 2 victoires, 2 poles, 1 MT)
  • 2001 : Formule 1 (10ème)
  • 2002 : Formule 1 (6ème, 1 MT)
  • 2003 : Formule 1 (2ème, 1 victoire, 2 poles, 3 MT)
  • 2004 : Formule 1 (7ème, 1 victoire, 1 pole, 2 MT)
  • 2005 : Formule 1 (2ème, 7 victoires, 5 poles, 10 MT)
  • 2006 : Formule 1 (5ème, 3 poles, 3 MT)
  • 2007 : Formule 1 (1er, 6 victoires, 3 poles, 6 MT)
  • 2008 : Formule 1 (3ème, 2 victoires, 2 poles, 10 MT)
  • 2009 : Formule 1 (6ème, 1 victoire)
  • 2010 : WRC (10ème)
  • 2011 : WRC (10ème), NASCAR
  • 2012 : Formule 1 (3ème, 1 victoire, 2 MT)
  • 2013 : Formule 1 (5ème, 1 victoire, 2 MT)

Palmarès


Distinctions

  • 2004 : Trofeo Lorenzo Bandini
  • 2005 : [Autosport Awards#International Driver of the Year|Autosport International Driver of the Year]

Record en Formule 1

  • Nombre de meilleurs tours en une saison : 10 en 2005 et 2008 (à égalité avec Michael Schumacher)

Lien externe



Image:lauriers.png Cet article a été défini comme article de qualité faisant honneur à WikiF1, l'encyclopédie collaborative et libre du sport automobile. Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion ainsi que la liste des articles de qualité.
Outils personels