Nigel Mansell

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.


Image:Crayon.gif Cet article est considéré comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en le modifiant (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Nigel_Mansell&action=edit).
La liste complète de ces articles en cours de rédaction est consultable ici (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Cat%C3%A9gorie:WikiF1:%C3%A9bauche).


Nigel Ernest James Mansell est un pilote britannique de Formule 1, né le 8 août 1953 à Upton-on-Severn.


Sommaire

Biographie

Les débuts

Il commence à courir en Formule Ford 1600 en 1977 où il remporte 32 courses sur 42 disputées, remportant le titre malgré une blessure au dos. Mansell passe les 2 années suivantes en F3.
Sa carrière en F1 débute timidement chez Lotus en 1980 pour 2 GPs où il abandonna. Il reste chez Lotus jusqu'à la fin de la saison 1984, améliorant presque chaque année son nombre de points marqués et son classement au championnat.

Les victoires et les déceptions

En 1985, il arrive chez Williams pour commencer une histoire mouvementée agrémentée de succès et d'échecs retentissants. Il marque 31 points et se classe 6ème lors de cette première saison avec l'équipe mais se bat pour le titre mondial dès la saison suivante. Il le perd sur un abandon lors de la dernière manche que remporte Alain Prost.
Le titre lui échappe encore en 1987 face à son équipier Nelson Piquet au volant de Williams-Honda qui dominent le championnat. Généralement plus rapide que le brésilien (il signe haut la main 8 pole positions), il est malchanceux en course, et abandonne plus souvent qu'à son tour alors qu'il est aux avant-postes. Parallèlement, les relations entre Piquet et lui se font chaque jour plus tendues. Enfin, peut être trop empressé, Mansell est victime d'une violente sortie de piste à Suzuka, pour avoir voulu à tout prix supplanter son équipier dans la hiérarchie des qualifs. Mis au repos forcé, il est incapable de défendre ses chances pour les deux dernières courses.
Honda rejoint McLaren en 1988, et Williams ne tient plus la comparaison avec son petit moteur Judd, fragile et sans éclat, comme du verre. Mansell est toujours un lion et arrache pour tout résultat deux 2ndes places, dont une acquise sur ses terres et dans des conditions ayant découragé même les plus téméraires. Il doit se contenter d'une 9ème place au championnat, et sent qu'il est temps pour lui de sortir du cocon offert par Williams. Jouissant d'une grosse réputation, il est convoité par les meilleurs, et il signe avec Ferrari pour 1989.
La voiture conçue par John Barnard équipée de la boite de vitesse semi-automatique révolutionnaire est prometteuse mais le moteur Honda, qui équipe les McLaren de Prost et Senna, domine toujours. Comme cadeau de bienvenue, Mansell remporte la première manche au Brésil. La fiabilité, celle du pilote comme celle de sa monoplace, gache hélas plusieurs bons résultats. Néanmoins, au final, Mansell gagne 2 GPs et finit 4ème du championnat.
En 1990, Prost rejoint Ferrari qui parait armé pour se battre pour le titre. Mansell souffre de cette cohabitation, et la collaboration est houleuse. Le britannique accuse la Scuderia de favoriser le double champion français, il a besoin, pour évoluer au plus haut de son habileté, de se sentir aimé par son écurie. Point d'orgue, le départ du GP d'Estoril où Mansell tasse Prost au départ, laissant filer les McLaren avant d'aller remporter sa seule victoire de la saison alors qu'Alain est en pleine lutte pour le titre face à Senna. Désormais, bien qu'il n'est jamais démérité en rapidité pure, Nigel est clairement de trop dans l'écurie italienne. Il décide ainsi de revenir la saison suivante se faire une santé au sein de l'équipe qui l'a le mieux soigné jusqu'à présent.

Retour gagnant chez Williams

Retour chez Williams pour la saison 1991, avec une voiture très prometteuse mais dont la fiabilité n'est pas encore au point. Senna remporte les 4 premiers GPs de la saison et s'envole au championnat. Il ne sera jamais rattrapé malgré les 3 victoires consécutives de Mansell durant l'été. Cinq victoires au total cette année là et une nouvelle deuxième place au championnat pour le britannique qui commence à désespérer d'obtenir ce titre tant attendu qui semble lui glisser entre les doigts à chaque occasion.
La saison 1992 sera la bonne et de la manière la plus spectaculaire qui soit avec un record de 9 victoires et 14 pole positions ! Les Williams dont le système de suspension active est enfin au point, écrasent le championnat avec 6 doublés et 1 autre victoire du coéquipier de Mansell, Riccardo Patrese. Coéquipier soumis à rude épreuve, que Nigel relègue parfois à près de 2 secondes, en qualifications. Pourtant, tout n'est pas au mieux, au sein de l'écurie. Frank Williams rêve d'engager Alain Prost pour 1993, et refuse une augmentation susbtentielle à son champion anglais: Nigel devient officiellement trop gourmand pour Frank Williams et claque la porte dès son titre acquis. Mansell s'expatrie aux Etats-Unis pour aller y remporter le championnat CART dès sa première saison, faisant de lui le seul pilote titré en F1 et en Indycar en moins de 2 ans !

Quelques petites courses et puis s'en va

Lorsqu'Ayrton Senna se tue en 1994, Williams le remplace par le débutant David Coulthard. Mais la F1, ivre de douleur, cherche une grande figure du passé à qui se raccrocher. Frank Williams rappelle ainsi Mansell, en difficulté en CART, lorsque le calendrier de la discipline le lui permet. Dès son retour, en France, il se qualifie en 1ère ligne à moins d'un dixième de Damon Hill. Il reviendra ensuite à partir du GP d'Europe, pour toute la fin de saison. Toujours à l'aise en qualifications (il est moins à l'aise en course), il signe la pole en Australie pour la dernière manche du championnat 1994, et, après les péripéties bien connues de cette édition, remportera la victoire, permettant à Williams de remporter le titre constructeurs face à Benetton.
Deux dernières piges décevantes chez McLaren en 1995 concluent la carrière de Nigel Mansell en Formule 1.Des rumeurs évoqueront une arrivée chez Jordan en 1996 (il effectuera quelques tests à Barcelone) mais sans suite...

Pour le plaisir...

Nigel Mansell a récemment repris un volant de course en s'engagegant dans les Grand Prix Masters, une formule monotype inspirée techniquement du CART et rassemblant de vieilles gloires de la Formule Un. Nigel n'a pas failli à sa réputation puisqu'il a dominé outrageusement ses autres congénères en s'adjugeant haut la main la première épreuve organisée fin 2005 à Kyalami. Il a récidivé pour la première manche du championnat 2006 à Doha.


Fiche Signalétique

  • Anglais
  • Né le 8 Août 1953 à Upton-on-Severn (Angleterre)
  • Débuts en GP : Autriche 1980
  • Dernier GP: Espagne 1995
  • Nombre de GP disputés : 187 (2 non-qualifications)
  • Meilleur résultat en course : victoire (31 fois)
  • Meilleur résultat en qualifications : pôle position (32 fois)
  • Nombre de points marqués : 482
  • Nombre de meilleurs tours : 30
  • Nombre de podiums : 59
  • Meilleur classement au championnat : Champion (1992)
  • marié à Rosanne, 2 fils (Leo et Greg)


Carrière en F1


Carrière en CART

  • 31 départs
  • 10 pôles
  • 5 victoires
  • Champion 1993


Palmarès

  • 1986 vice-champion du Monde de F1 des Pilotes, Champion du Monde de F1 des Constructeurs avec Williams
  • 1987 vice-champion du Monde de F1 des Pilotes, Champion du Monde de F1 des Constructeurs avec Williams
  • 1991 vice-champion du Monde de F1 des Pilotes
  • 1992 Champion du Monde de F1 des Pilotes, Champion du Monde de F1 des Constructeurs avec Williams
  • 1993 Champion IndyCar, Rookie of the Year Indycar et Indy 500
  • 1994 Champion du Monde de F1 des Constructeurs avec Williams
  • 2005 vainqueur de la manche inaugurale des GP Masters
  • 2006 vainqueur du GP Masters de Doha
Outils personels