Red Bull Racing

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

(Redirigé depuis Red Bull)

Red Bull Racing est une écurie autrichienne.

right
Sommaire

Historique

Red Bull est d'abord une célèbre boisson énergisante (http://fr.wikipedia.org/wiki/Red_Bull) qui a fait la fortune de son dirigeant autrichien Dietrich Mateschitz.

Red Bull arrive en F1 en tant que sponsor, notamment chez Sauber à partir de 1995, mais c'est insuffisant pour Mateschitz qui veut promouvoir de jeunes talents et s'impliquer davantage dans ce sport. Il crée une filière de pilotes qu'il soutient financièrement (le Red Bull Junior Team).

Le lundi 15 novembre 2004, Ford annonce que Red Bull rachète l'écurie de Formule 1 Jaguar qui avait été mise en vente dans le cours de l'année. Dans le même temps, Ford a également trouvé un repreneur pour Cosworth à vendre aussi pour les mêmes raisons économiques.

La réorganisation de l'ex-écurie Jaguar démarre par l'engagement de David Coulthard comme premier pilote et la signature de contrats identiques par Christian Klien et Vitantonio Liuzzi, le choix entre les 2 pour le poste de deuxième pilote se faisant plus tard. Les dirigeants de l'équipe Tony Purnell et David Pitchforth sont évincés en faveur de Christian Horner, le manager de l'équipe Arden International et Gunther Steiner.

Saison 2005

La première Red Bull F1 : la RB1 (Essais Privés à Jerez)
Agrandir
La première Red Bull F1 : la RB1 (Essais Privés à Jerez)

Red Bull présente sa première voiture, la RB1, le 7 février 2005. Pour les pilotes, David Coulthard sera titulaire sur tous les GP de la saison. Christian Klien et Vitantonio Liuzzi se partageront la seconde monoplace (à la manière de Martin Brundle et Aguri Suzuki chez Ligier en 1995). Le pilote non-titulaire lors d'un week-end roulera comme pilote du vendredi durant les essais libres.

La saison 2005 débute en fanfare en Australie avec les 2 pilotes (Coulthard et Klien) dans les points. Ils réitèreront cet exploit au GP suivant en Malaisie. Suivront 3 huitièmes places consécutives (Coulthard à Bahrein et en Espagne, Liuzzi chez lui à Imola). Tant est si bien que l'écurie Red Bull se permet de marquer des points lors de ses 5 premières courses. Après le double abandon monégasque (durant le week-end, les RB1 ont pris les couleurs du célèbre film "Star Wars"), Coulthard signe une très belle 4ème place au Nürburgring (il aura même l'honneur de boucler le premier tour en tête de l'histoire de l'écurie). Il sera à nouveau dans les points au Canada à la septième place devant Klien.
Equipée de Michelin, l'écurie subira la mascarade d'Indianapolis et ne participera pas au GP des Etats-Unis.
Les deux Grand Prix nord-américains permettront au pilote local Scott Speed de rouler lors des essais privés du vendredi. Ce dernier étant membre du Red Bull Driver Search dont le but et de trouver le futur champion du monde de Formule 1 américain.
Il faudra attendre le GP d'Allemagne pour que l'écurie marque à nouveau des points avec la septième place de DC. Les 3 Grands Prix suivants seront à oublier (surtout pour Klien parti en tonneau au premier virage du GP de Hongrie suite à une touchette avec la Sauber de Jacques Villeneuve). Klien signe une superbe quatrième place aux essais du GP du Japon, qu'il terminera à la 9ème place. Coulthard lui bouclera le deuxième tour en tête de l'écurie à l'occasion de la course nippone. Pour la dernière course de la saison, en Chine, Klien signe son meilleur résultat de la saison en accrochant la 5ème place finale après être parti.... 14ème.

Le 8 novembre 2005, Red Bull annonce le recrutement de l'ingénieur de chez McLaren, le génialissime Adrian Newey. Il ne pourra néanmoins travaillé sur le "projet RB2" car son contrat court jusqu'au 31 Janvier 2006.

Pour sa première saison, Red Bull termine à la septième place (sur dix) des constructeurs avec 34 points soit juste 4 de moins que BAR/Honda. Les objectifs de début de saison sont largement remplis et du coup, ceux de 2006 réévalués.
Chez les pilotes, David Coulthard termine 12ème avec 24 points, Christian Klien 15ème avec 9 points et Vitantonio Liuzzi 24ème avec 1 point.

Saison 2006

David Coulthard ayant signé un contrat de deux ans, il est assuré de son baquet pour 2006. Dieter Mateschitz ayant racheté Minardi, il se retrouve avec 2 écuries et donc 6 pilotes (2 titulaires + 1 pilote du vendredi par écurie). Le 6 décembre 2005, il annonce qu'il a décidé de promouvoir Vitantonio Liuzzi, leader de l'écurie Toro Rosso aux côtés de l'étatsunien Scott Speed. Christian Klien est donc titularisé pour la saison 2006 aux côtés de David Coulthard. Robert Doornbos étant le 3ème pilote du vendredi.
Autre changement important en 2006, le moteur. Le Cosworth TJ 2005 laisse sa place au Ferrari Tipo 056, identique à celui équipant la Ferrari 248 F1.

Si le classement final de l'écurie est identique à 2005 (septième du classement constructeurs), le nombre de points inscrits (16) est très inférieur à celui de 2005 (34). L'équipe ne marquera des points lors de 7 GP sur les 18 que comptait cette saison 2006 (contre 11/18 en 2005).
En effet, la RB2, testée pourtant dès décembre 2005, ne permettra pas aux pilotes de briller (hormis Coulthard sur le podium à Monaco). Sa fiabilité (transmission, boîte de vitesses et hydraulique) ne sera pas exempte de tout reproche, tout comme celle du bloc Ferrari. Le principal pilote à en faire les frais sera Christian Klien qui sera remplacé pour les 3 derniers Grand Prix de la saison par le pilote d'essai maison, Robert Doornbos. Ce dernier laissant sa place à un jeune du Red Bull Junior Team, l'allemand Michael Ammermüller.
S'étant rendu compte assez tôt que la monoplace n'était pas au niveau, l'ensemble du département ingénierie, sous la houlette de Newey, a préféré abandonner le développement de la RB2 pour se focaliser sur la monoplace de la saison 2007.

Saison 2007

De nombreuses nouveautés encore pour cette troisième saison :

  • Mark Webber est titularisé au côté de David Coulthard, présent pour la troisième année consécutive.
  • Michelin s'étant retiré de la Formule 1, l'équipe est contrainte de passer aux pneus Bridgestone.
  • Enfin, le moteur Ferrari prend la direction de l'écurie sœur (Toro Rosso) et est remplacé par le moteur champion du monde en titre, le Renault.

Webber et Coulthard pilotent la RB3, première Red Bull conçue par Adrian Newey. À l'issue de la saison, Red Bull finit à la 5ème place du championnat constructeurs, son meilleur résultat jusque-là, avec 24 points. Malgré ses problèmes de fiabilité, l'écurie a signé de bons résultats : Webber se hisse le podium du Grand Prix d'Europe alors que son coéquipier finit 5ème, ce qui constitue le meilleur résultat global de l'équipe. Au Japon, Coulthard finit 4ème tandis que Webber, alors 2ème de la course, abandonne à la suite d'une collision avec Sebastian Vettel sous le régime de la voiture de sécurité.

Saison 2008

David Coulthard ayant prolongé son contrat pour la saison 2008, l'équipe Red Bull aligne le même duo de pilotes que l'année précédente. Le bilan de la saison reste contrasté : si Red Bull finit à la 7ème place des constructeurs, l'écurie est devancée par sa "petite sœur" : Toro Rosso (avec pole et victoire en Italie). La première partie de saison a vu Red Bull signer des résultats corrects, Webber régulièrement dans les points et Coulthard (qui va raccrocher son casque) terminant troisième du Grand Prix du Canada. Néanmoins, la deuxième partie de saison se révèle bien plus difficile, l'écurie n'inscrivant que cinq points.

Saison 2009

2009 débute bien pour l'écurie puisque Vettel, 3ème sur la grille en Australie, occupe cette position jusqu'à un accrochage avec Robert Kubica. En Malaisie, Vettel se qualifie encore 3ème mais est rétrogradé de dix places à cause de ce même accrochage. En Chine, Vettel signe la pole position et s'impose devant son coéquipier. Après cette première victoire, Vettel se classe 2ème à Bahreïn, puis Webber termine 3ème en Espagne. C'est le meilleur début de saison de l'écurie, mais Brawn GP engrange les gros points. En Grande-Bretagne, Vettel réalise le premier coup du chapeau de sa carrière tandis que Webber assure le doublé. En Allemagne, Webber signe ses premières pole et victoire devant son coéquipier. Red Bull réduit ainsi son retard. Après un autre podium de Webber, en Hongrie, c'est la désillusion du Grand Prix d'Europe (aucun point) et de Monza (un seul), malgré un nouveau podium de Vettel en Belgique. La fin de saison est à plus propice à Red Bull qui remporte les trois dernières manches, mais l'avance prise par Brawn en début de saison fut primordiale et Red Bull Racing et Vettel termine vice-champions.

Saison 2010

En 2010, Red Bull conservent les mêmes pilotes, le même moteur et la RB6 est une sage évolution de la RB5. Dès le début de saison, Red Bull confirme son statut de favori en qualifications mais peine en régularité et fiabilité. En Australie, alors qu'il menait largement, Vettel doit abandonner à cause d'une casse d'écrou de roue avant. Webber prend l'avantage sur Vettel avec deux victoires à Barcelone et Monaco. Des tensions apparaissent alors au sein de l'écurie qui se concrétisent par des accrochages à Istanbul et à Silverstone. En fin de saison, Vettel reprend la main avec trois victoires et une 2ème place qui lui permettent de coiffer sur le poteau Alonso et Webber pour le titre. Red Bull est également sacrée champion du monde des constructeurs.

Saison 2011

La saison 2011 démarre en trombe. Vettel signe pole et victoire en Australie et en Malaisie avant de finir 2ème en Chine. En Turquie, Red Bull signe un doublé puis Vettel gagne encore à Barcelone et Monaco. Webber est déjà distancé au championnat. Au Canada, Grand Prix sous la pluie et théâtre de quatre sorties de la voiture de sécurité, Vettel, auteur de la pole et en tête jusqu'à l'avant-dernier tour, craque face à Jenson Button, et termine 2ème devant son coéquipier. A Valence, Vettel réalise le coup du chapeau avant de s'incliner à Silverstone, où Fernando Alonso signe son seul succès de la saison. Vettel rate pour la première fois de la saison le podium à domicile avant de terminer de nouveau 2ème (Hongrie) puis de renouer avec la victoire à Spa (où Red Bull signe le doublé) et à Monza (où Webber enregistre le premier abandon d'une Red Bull cette saison). À Singapour, Vettel signe pole et sa victoire devant son désormais unique rival pour le titre : Button. À Suzuka, ce dernier s'impose mais Vettel, 3ème, décroche son second titre. En Corée du Sud, c'est Red Bull qui décroche un second titre constructeurs. En Inde, Vettel signe sa 11ème victoire avant de subir son premier abandon à Abou Dabi. Au Brésil, dernière manche du championnat, Webber remporte son unique victoire de la saison devant son coéquipier, victime d'un problème de boîte de vitesses.

Fiche signalétique

  • Constructeur autrichien
  • Débuts en Grand Prix : Grand Prix d'Australie 2005
  • Champion du monde des pilotes 2010, 2011
  • Champion du monde des constructeurs 2010, 2011


Saison Monoplace Motoriste Manufacturier Pilotes GP NQ
2005 RB1 Cosworth Image:Sigle_Michelin.gif Michelin David Coulthard/Christian Klien/Vitantonio Liuzzi 18 0
2006 RB2 Ferrari Image:Sigle_Michelin.gif Michelin David Coulthard/Robert Doornbos/Christian Klien 18 0
2007 RB3 Renault Image:Sigle_Bridgestone.gif Bridgestone David Coulthard/Mark Webber 17 0
2008 RB4 Renault Image:Sigle_Bridgestone.gif Bridgestone David Coulthard/Mark Webber 15 0


Modèles de F1

Ingénieurs


Pilotes

Lien interne

Liens externes


Image:lauriers.png Cet article a été défini comme article de qualité faisant honneur à WikiF1, l'encyclopédie collaborative et libre du sport automobile. Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion ainsi que la liste des articles de qualité.
Outils personels