Sebastian Vettel

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Sebastian Vettel est un pilote allemand, né le 3 juillet 1987 à Heppenheim (Allemagne).

Essais Hivernaux Barcelone Novembre 2007
Agrandir
Essais Hivernaux Barcelone Novembre 2007
Sommaire

Biographie

Les débuts

Pilote de Karting depuis 1995, Sebastian obtient comme faits d'armes importants une victoire à la Monaco Kart Cup en 2001 (ainsi que le titre de champion d'Europe Junior) et termine également 6ème au championnat européen de Karting ICA l'année suivante.

En 2003, il passe en monoplaces, dans le championnat de Formule BMW allemande. Il fait tout de suite forte impression, en terminant second du championnat. L'année suivante, il remporte 18 des 20 courses, et remporte largement le titre avec 388 points sur 400 possibles.

En 2005, il passe en Formule 3 Euroseries, se classe 5ème place du championnat, et finit Rookie de l'année. Dans ce même championnat l'année suivante, il lutte pour le titre et termine vice-champion avec 4 victoires. De plus, il impressionnera à l'occasion d'un meeting de World Series by Renault à Misano en Juillet 2006 (il remplace le britannique Colin Fleming), où, débutant dans la discipline, il remporte l'une des deux courses du week-end ainsi qu'une pôle-position.

La Formule 1

Alors qu'il avait effectué ses premiers tests en Formule 1 en 2005 au volant d'une Williams-BMW, Sebastian est appelé en 2006 par la nouvelle équipe BMW Sauber à remplacer Robert Kubica (promu titulaire) au poste de troisième pilote du vendredi suite au limogeage de Jacques Villeneuve et ce dès le GP de Turquie. Il aurait du commencer dès le GP de Hongrie mais il se fit une fracture ouverte d'un doigt lors de la course de Spa-Francorchamps en World Series by Renault.
Terminant la saison du Formula One Circus, il signe trois fois le meilleur temps des séances d'essais libres (Turquie EL1, Monza EL1 et EL2) et il est logiquement officialisé dans son rôle de pilote d'essai pour la saison 2007.
Il ne participe qu'aux deux premières séances d'essais libres des deux premiers grand prix de 2007 (Australie et Bahreïn) car en parallèle (et aussi suite à la demande de Nick Heidfeld de faire plus d'essais les week-end de GP), il prend part au championnat des World Series by Renault au sein de l'écurie du Carlin Motorsport. Il ne remportera qu'une victoire et finira à la 5ème place finale car pour la deuxième année consécutive, il va terminer la saison en Formule 1.
Tout d'abord, il remplace le miraculé Robert Kubica (victime d'un effroyable accident au Canada) lors du GP des Etats-Unis. Extrêmement rapide durant les essais libres, il finit sa première séance de qualification à la 7ème place. Après avoir signé le 6ème meilleur temps en course, il termine 8ème, devenant ainsi le plus jeune pilote de l'histoire à marquer un point en championnat du monde, qui plus est lors de son premier grand prix.
Fin Juillet, l'écurie Toro Rosso annonce le remplacement de Scott Speed par Sebastian. Ce changement de pilote intervient après une violente altercation entre le pilote américain et Franz Tost à l'arrivée du GP d'Europe. Après des débuts timorés, il cloture en fanfare sa première demi-saison en F1. Au Japon, il parvient a atteindre la "Q3" (une première pour Toro Rosso). En course, alors qu'il est en 3ème position, et après avoir mené durant 3 tours (faisant de lui le pilote le plus jeune pilote de l'histoire a mené un tour), il heurte sous régime de safety car le malheureux Mark Webber. Sebastian expliquera avoir été troublé par la manoeuvre inhabituelle de Lewis Hamilton, alors en tête. La FIA songera même à le pénaliser de 10 places sur la grille du GP de Chine mais elle retirera la sanction après que des réclamations eurent été portées par son équipe vis à vis d'Hamilton. Ne voulant pas pénaliser l'anglais qui jouait le titre, la FIA fit machine arrière. Il perdra cependant 5 places sur la grille pour avoir géner "volontairement" un pilote durant les essais. Sa course n'en sera que plus belle. Bien aidé par des conditions météorologiques difficiles et des réglages adéquats, le jeune allemand livrera une course magnifique pour échouer au pied du podium (après être parti 17ème). Ayant confirmé sa pointe de vitesse et le potentiel dont on l'affublait, il est confirmé aux côtés de Sébastien Bourdais pour la saison 2008. La saison démarre très mal avec 4 abandons (dont 3 sur accrochage) lors des 4 premiers Grand Prix. La STR2 B ne lui convient pas vraiment et il attend beaucoup de la nouvelle STR3. Celle-ci devait démarrer à l'occasion du Grand Prix de Turquie mais Bourdais accidenta le premier châssis lors d'essais privés à Barcelone. Les débuts se firent donc à Monaco sous la pluie. Parti 19ème, il mena une course de toute beauté pour s'offrir une superbe 5ème place sous le drapeau à damier. Il récidiva au Canada en prenant le dernier point de la 8ème place.

Le nouveau Schumacher ?

A l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne 2008, il est confirmé chez Red Bull aux côtés de Mark Webber pour la prochaine saison. Porté par cette annonce et libéré de toute tractation, il s'offre une nouvelle qualification en "Q3" et se qualifie 8ème, il abandonnera sur accrochage. Le Grand Prix suivant, il s'invite une nouvelle fois en dernière partie de qualification et s'élance 9ème, il ramène un nouveau point qui plus est à domicile. A Valence, nouveauté 2008, il signe un extraordinaire 6ème temps en "Q3" après avoir signé le meilleur temps en "Q2". Il conservera sa place en course. En Belgique, il monte d'un cran en prenant sous la pluie une belle 5ème place en doublant son équipier à quelques hectomètres de l'arrivée. Vient ensuite Monza !!!
Ce Grand Prix d'Italie 2008 rentre dans l'histoire à plusieurs titres : Sebastian signe la pole position et remporte la course battant au passage 2 records de précocité (il efface Fernando Alonso des tablettes) et surtout il offre cette même première pole et victoire à son écurie Toro Rosso battie sur les ruines de la sympathique écurie Minardi. Le monde de la Formule 1 ne tarit pas d'éloge à son égard et voit en lui le nouveau Schumacher.


La consécration (2009-2010)

Lors du Grand Prix inaugural de la saison 2009, il s'accroche à trois tours du terme avec Robert Kubica alors qu'il est 2ème. Il poursuit pourtant sa course sur trois roues et détruit sa monoplace dans un virage. Cette conduite dangereuse lui vaut une pénalité de 10 places sur la grille de départ du Grand Prix suivant où il abandonne sur sortie de piste.

En Chine, il décroche la pole position et remporte la seconde victoire de sa carrière, la première de Red Bull qui signe son premier doublé grâce à la 2ème place de Mark Webber. À Bahreïn, il est 3ème sur la grille et termine 2ème de la course derrière la Brawn GP de Jenson Button. En Espagne, il ne tire pas partie de sa qualification en 1ère ligne et échoue à la 4ème place, derrière les Brawn et son coéquipier. En principauté, après avoir perdu beaucoup de temps dans le premier relais à cause d'un mauvais choix de pneus, il commet une faute qui le handicape dans sa lutte pour le titre face à Button qui signe une nouvelle victoire.

En Turquie, Vettel décroche la 3ème pole de sa carrière devant Button et Barrichello mais se fait déborder rapidement par le pilote britannique qui l'emporte. Vettel se classe 3ème derrière son coéquipier. À Silverstone, il signe la pole, décroche son premier meilleur tour en course et remporte l'épreuve signant ainsi son premier coup du chapeau. En Allemagne, Vettel termine 2ème derrière son coéquipier qui signe son premier succès mais abandonne ensuite en Hongrie et à Valence. Il se reprend lors du Grand Prix de Belgique où il se hisse sur la 3ème marche du podium après être parti 8ème. En Italie, il termine 8ème et voit ses chances de titre se réduire. Toutefois, il termine quatrième à Singapour puis s'impose au Japon, à deux Grand Prix de la fin, il ne compte plus que 16 points de retard sur Button.

Au Brésil, tandis que son coéquipier remporte la course, il termine 4ème, juste devant Button qui est sacré. Cependant il prend le meilleur sur Rubens Barrichello (8ème) au championnat. Il remporte son quatrième succès de la saison lors de la dernière course à Abou Dabi.

À Bahreïn, lors de la 1ère épreuve de l'année 2010, il décroche la pole mais termine seulement 4ème suite à un problème d'échappement. Il décroche à nouveau la pole en Australie mais abandonne à cause d'un écrou de roue. En Malaisie, Vettel remporte son premier Grand Prix de la saison après s'être élancé de la 3ème place. Il signe une nouvelle pole en Chine où il se classe 6ème. Pour le retour en Europe lors du Grand Prix d'Espagne, il se hisse sur la première ligne de la grille de départ et termine 3ème d'une course remportée par son coéquipier. Il se classe 2ème à Monaco avant de s'accrocher avec son coéquipier en Turquie. Il termine 4ème du Grand Prix du Canada. Après avoir décroché la pole au Grand Prix d'Europe à Valence, il signe une autre victoire. Après neuf manches, Vettel est 3ème du championnat du monde avec 115 points.

Au Grand Prix de Grande-Bretagne, Vettel partage la 1ère ligne avec Mark Webber, avant de le toucher au premier virage et subir une crevaison. Sa course est compromise mais il remonte jusqu'à la 7ème place et prend la 4ème place du championnat. Le 12 septembre, lors du Grand Prix d'Italie, Vettel se classe 4ème devant son coéquipier. Lors du Grand Prix de Singapour, Vettel est 2ème derrière Alonso. Il remporte le Grand Prix du Japon en partant en pole position.

Lors du Grand Prix de Corée, il est victime de la casse de son moteur alors qu'il menait la course. Il se ressaisit à Interlagos où il gagne en partant 2ème derrière son compatriote Nicolas Hülkenberg. Avant l'ultime Grand Prix, il est 3ème du championnat, derrière Fernando Alonso et son équipier Mark Webber. Lors du Grand Prix, Vettel profite des erreurs de Webber (parti à la faute, il touche un rail de sécurité et est contraint à changer de pneumatiques plus tôt que prévu) et d'Alonso (qui change son train de pneus juste après Webber). Il bénéficie de l'aide inattendue de Vitaly Petrov qui durant toute l'épreuve précède et contient Alonso et Webber. Vettel remporte ainsi le Grand Prix et devient le plus jeune champion du monde de l'histoire à 23 ans 4 mois et 11 jours. Il termine sa saison avec le plus grand nombre de pole positions (10), de victoires (5, avec Alonso), de podiums (10 avec Alonso et Webber) et de tours en tête. Il aura été une seule fois en tête du championnat du monde des pilotes 2010, il a choisi le bon moment.

La confirmation (2011)

2011 est l'année de Sebastian Vettel avec une RB7 plus fiable que sa devancière (un seul abandon pour chaque pilote pour des raisons extramécaniques). Vettel s'affirme comme un leader incontestable face à un Mark Webber visiblement marqué par son échec de la saison précédente. En qualifications, Vettel obtient quinze pole sur dix-neuf courses, battant ainsi le record de Nigel Mansell datant de 1992. En outre, il réalise d'excellents envols. Il remporte les deux premières courses (Melbourne et Sepang) en solitaire. En Chine, il laisse la victoire à Lewis Hamilton pour cause de mauvaise stratégie de pneumatiques. Il reprend aussitôt sa marche victorieuse : Turquie, Espagne (après une belle bagarre face à Hamilton) tombent dans son escarcelle. A Monaco, il mène alors qu'Alonso et Button sont sur ses talons. En délicatesse avec ses pneus, il est sauvé par le drapeau rouge et remporte son premier succès en Principauté. Au Canada, sous la pluie, il commet une rare faute et perd la tête dans le dernier tour face à Jenson Button. Après un nouveau succès à Valence, il a 80 points d'avance sur Button et Webber. Deuxième à Silverstone et à Budapest, il termine seulement 4ème à domicile. Après ce relatif échec, il gagne à Spa, Monza et Singapour. Au Japon, il se contente d'un podium pour coiffer son deuxième titre. Il gagne encore en Corée et remporte le premier Grand Prix d'Inde. Une crevaison lui coûte son seul abandon au 1er tour du Grand Prix d'Abou Dabi. Il termine 2ème de la dernière manche derrière Webber. Avec 11 victoires, 15 pole, 17 podiums, et 392 points, il devient, à 24 ans, le plus jeune double champion du monde. Il devient un excellent stratège ce qui ne l'empêche pas de passer à l'attaque : son dépassement (http://www.youtube.com/watch?v=CPnQC3eEYqg) sur Fernando Alonso à Monza, par l'extérieur de la Variante della Roggia tout en mordant dans la poussière ou son tour de qualifications à Suzuka resteront dans les mémoires..

Le triplé

2012 ne commence pas bien, Vettel part 6ème, avec 0"5 de retard sur Lewis Hamilton. Il parviend néanmoins à s'intercaler entre les McLaren de Button et Hamilton sur le podium. Une semaine plus tard, en Malaisie, il s'élance 5ème et, après navigué longtemps en quatrième position, il s'accroche avec la HRT Narain Karthikeyan (ce qui provoque une crevaison lente) et termine onzième. En Chine, pour la première fois depuis 2009, il ne passe pas Q2 et s'élance onzième. Il parvient toutefois à terminer 5ème. Le champion en titre n'est que 5ème du championnat.

Mais, à Bahreïn, il vit le weekend parfait avec le quatrième coup du chapeau de sa carrière et reprenant la tête du championnat. Las, il termine 6ème en Espagne puis 4ème à Monaco, laissant la tête du classement à Fernando Alonso. Alors qu'il signe la pole position au Canada, il choisit une stratégie à un seul arrêt. La dégradation de ses gommes est plus importante que prévue et il doit faire un second arrêt qui le mène à la quatrième place finale. A Valence, en signant sa 33ème pole, il égale Prost et Clark. Alors qu'il domine le début de course, il est contraint à l'abandon suite à un problème d'alternateur. Alonso signe alors sa deuxième victoire de l'année. En Grande-Bretagne, Vettel termine 3ème dans les échappements de l'Espagnol, qui renforce sa position de leader du championnat. A Hockenheim, une nouvelle fois 3ème derrière Alonso, il reçoit a posteriori une pénalité de 20" pour avoir dépassé Button hors de la piste. Il est classé 5ème. En Hongrie, il termine 4ème et pointe à la 3ème place du championnat avec 42 points de retard sur Alonso.

Une nouvelle fois resté bloqué en Q2 à Spa, il part 10ème (suite à une pénalité infligé à son coéquipier) et termine à une belle 2ème place, reprenant 18 points à Alonso, harponné (http://www.youtube.com/watch?v=IaxAWdQXO1M) par Romain Grosjean lors du départ. En Italie, il est de nouveau contraint à l'abandon sur problème d'alternateur. Alonso, lui, est troisième. L'Allemand a toujours 39 points de retard.

En Asie, il aligne quatre victoires consécutives (Singapour, Suzuka, Yeongam et Buddh). Il reprend 52 points à Alonso qui termine trois fois sur le podium et qui abandonne au Japon suite à un contact au départ (http://www.youtube.com/watch?v=QsagAqEEBck) avec Kimi Räikkönen. Vettel compte donc 13 points d'avance à trois manches de la fin du championnat.

A Abou Dhabi, alors qu'il signe le 3ème temps, il est exclu des qualifications pour quantité d'essence insuffisante restant dans son réservoir. Il part des stands alors qu'Alonso part 6ème. Après une course mouvementée et plusieurs sorties de la voiture de sécurité qui l'aide à maintenir le contact, il termine 3ème derrière Alonso et Räikkönen. Seuls l'Allemand et l'Espagnol restent en lice pour le titre. Pour le nouveau Grand Prix des États-Unis, Vettel signe la pole position mais finit 2ème derrière Hamilton (mais devant Alonso). Red Bull remporte tout de même le titre constructeurs. Au Brésil, Vettel part 4ème (derrière les McLaren et Webber). Alonso est 7ème sur la grille. Dès le premier virage, Vettel s'accroche (http://www.youtube.com/watch?v=QmpV3nevi7M) avec Bruno Senna. Il se retrouve dans le sens opposé de la marche et il est miraculeusement évité par les autres pilotes. Repartant dernier, il effectue une belle remontée pour se retrouver derrière Alonso en 5ème position après une vingtaine de tours.Il termine finalement 6ème. Alonso est 2ème mais perd le titre pour 3 points.

Il est logiquement le plus jeune triple champion du monde et le premier à remporter ses trois premiers titres consécutivement. Il est aussi le seul, avec Fangio et Schumacher, à remporter au moins trois titres consécutivement.

L'année des records (2013)

En 2013, il réalise la pole australienne, mais finit 3ème derrière Räikkönen et Alonso qui ont mieux géré leurs pneumatiques. Les Pirelli seront la clef de l'équation jusqu'à la mi-saison. Il signe une nouvelle pole à Sepang. Deuxième, derrière son coéquipier après la première vague de ravitaillement, il conserve cette position la majorité de la course. En fin de course, il reçoit l'ordre de rester derrière Webber et de ne pas chercher à l'attaquer (la désormais célèbre phrase : "Multi 21"). A dix tours du but, il viole ces consignes et passe Webber. Il l'emporte donc mais de façon très controversée. Arrivé en Chine en tant que leader du championnat, il termine 4ème après s'être élancé de la 9ème position. A Bahreïn, il domine après avoir su maîtriser les Lotus. Il mène le classement général avec 77 points, devançant Räikkönen (67), Hamilton (50) et Alonso (47). En Espagne, il termine au pied du podium puis finit 2ème à Monaco. Il gagne au Canada mais abandonne en Grande-Bretagne alors qu'il est en tête (boîte de vitesses). A domicile, il s'élance 2ème et l'emporte après avoir dû résister, face à Grosjean, puis face à Räikkönen. Il signe là sa 30ème victoire. En Hongrie, il termine 3ème mais là intervient un événement extérieur : la réintroduction des Pirelli 2012.

A partir de là, Sebastian Vettel fait exploser toutes les statistiques en remportant les neuf dernières manches en signant six pole positions. Il remporte son quatrième titre d'affilé avec 13 succès au total (record de Schumacher datant de 2004 égalé). Il a terminé tous les Grands Prix dans les quatre premiers (sauf la Grande-Bretagne), il s’est toujours qualifié dans le top 3 (sauf à Shanghai) et a mené dans toutes les courses (sauf Monaco). Il a signé 16 podiums, 9 poles et 7 meilleurs tours...

Fiche signalétique

  • Allemand
  • né le 3 juillet 1987 à Heppenhelm (Allemagne)
  • Début en GP : États-Unis 2007
  • Nombre de GP disputés : 120
  • Nombre de victoires : 39
  • Nombre de poles positions : 45
  • Nombre de meilleurs tours : 22
  • Nombre de podiums : 62
  • Nombre de points marqués : 1 451
  • Tours en tête : 2 437
  • Coups du chapeau : 8
  • Chelem : 4
  • champion du monde : 2010, 2011, 2012 et 2013

Carrière

Formule 1

Modèles de F1

Coéquipiers en Grand Prix

Sport automobile

  • 1995 à 1999 : Karting Allemagne
  • 2000 : Karting Europe Junior (8ème), Karting Allemagne Junior (5ème)
  • 2001 : Karting Europe Junior (Champion), Karting Allemagne Junior (Champion)
  • 2002 : Karting Europe ICA (6ème)
  • 2003 : Formule BMW Allemagne (2ème, 5 victoires)
  • 2004 : Formule BMW Allemagne (Champion, 18 victoires)
  • 2005 : Formule 3 Euroseries (5ème), Formule 1 (tests)
  • 2006 : Formule 3 Euroseries (2ème, 4 victoires), World Series by Renault (15ème, 1 victoire), Formule 1 (pilote d'essai)
  • 2007 : Formule 1 (pilote d'essai), WSR (5ème, 1 victoire), Formule 1 (14ème), ROC
  • 2008 : Formule 1 (8ème, 1 victoire)
  • 2009 : Formule 1 (2ème)
  • 2010 : Formule 1 (Champion)
  • 2011 : Formule 1 (Champion)

Palmarès

Lien externe


Image:lauriers.png Cet article a été défini comme article de qualité faisant honneur à WikiF1, l'encyclopédie collaborative et libre du sport automobile. Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion ainsi que la liste des articles de qualité.
Outils personels