Sport automobile

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.


Image:Crayon.gif Cet article est considéré comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en le modifiant (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Sport_automobile&action=edit).
La liste complète de ces articles en cours de rédaction est consultable ici (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Cat%C3%A9gorie:WikiF1:%C3%A9bauche).


Le sport automobile est un sport impliquant des automobiles de compétition ou de course selon le qualificatif. Ce terme est à distinguer de sport mécanique, qui englobe aussi les courses motocyclées. Le sport automobile reste l'un des sports les plus populaires auprès des spectateurs, et sans doute le plus marchandisé.

Sommaire

Histoire

Les débuts

Le sport automobile est né presque immédiatement après la construction des premières automobiles au moteur alimenté en essence. En 1894, la première compétition est ainsi organisée par un journal de Paris Le Petit Journal, sous la forme d'un essai de fiabilité visant à déterminer les meilleures performances dans ce domaine. Un an plus tard, la première vraie course est courue, de Paris à Bordeaux. Le premier à croiser la ligne d'arrivée est Emile Levassor mais il est bientôt disqualifié, sa voiture n'étant pas une 4 place, comme le requérait le règlement.

La première course aux Etats-Unis est organisée l'année suivante, le 2 novembre 1895, sur une distance de 54,36 miles. Frank Duryea l'emporte après 10 heures et 23 minutes d'effort, s'imposant devant 3 voitures alimentées à l'essence et deux à l'électricité.


Course de ville à ville

La France domine en ces première années, la construction et la compétition automobiles, et naturellement, l'Automobile Club de France (ACF) est l'organisateur d'un bon nombre des courses internationales majeures. Elles se courent ainsi pour la plupart de Paris vers une autre ville importante d'Europe ou de France.

Ces courses qui remportent un grand succès, doivent cependant s'interrompre en 1903 lorsque Marcel Renault est impliqué dans un accident mortel près d'Angoulème lors de Paris-Madrid. Les 8 morts dénombrées incitent alors le gouvernement à mettre fin à la course à Bordeaux, et à bannir les courses sur route ouverte.

Les Grand Prix

La course en Grand Prix est en directe ligne avec le mouvement automobile né depuis 1894. Les premiers germes de ce type de compétition naissent en 1900 lorsque James Gordon Bennet, Jr. (1841-1918), le propriétaire du New York Herald, lance la Gordon Benett Cup in auto racing, une série de courses internationales portant son nom. Chaque pays est autorisé à ngager jusqu'à trois voitures. Influencé par ces compétitions automobile, Louis Chevrolet (1878-1941), employé suisse d'un fabricant français de véhicule à moteur décidera d'émigrer aux Etats-Unis, et à partir de 1910 deviendra une figure majeure du sport automobile américain, et le designer d'une voiture pour General Mortors qui porte son nom.

En 1906, la première course portant la dénomination de Grand Prix est organisée par l'Automobile Club de France (ACF), se déroulant sur deux jours au mois de juin. Cette dénomination est alors censée ne qualifier que cette seule course, compétition exceptionnelle censée ne pas devenir régulière. Le circuit du Mans utilisé pour le Grand Prix est d'une forme approximativement triangulaire, et d'un développement de 105km. Chaque jour voit six tours de course, chaque boucle étant parcourue en approximativement une heure. Des 32 engagés représentant 12 firmes automobiles différentes sort vainqueur des 1260km le pilote hongrois Ferenc Szisz (1873-1944) au volant d'une Renault. Renault tire avantage principalement de ses jantes Michelin amovibles qui permettent un changement du pneu sans avoir comme les concurrents à faire levier sur la jante fixe pour changer la chambre à air, opération couteuse en temps. Les revêtements des circuits ou routes sont en effet alors de bien mauvaise qualité et le changement de pneumatiques est fréquent.

Les courses sont à cette époque principalement des affaires nationales, quelques pays organisant leurs propres courses. Aucun championnat ne lie donc ces différentes compétitions, dont les règles diffèrent souvent. Un point commun les réunit cependant, la plupart requiert un poids maximum en vue de limiter la puissance des bolides, en bridant indirectement la taille des moteurs. A cette époque en effet les moteurs de 10 à 15 litres sont assez commun, ce volume étant réparti sur au maximum 4 cylindres, produisant une puissance inférieure à 50 chevaux. Les voitures courent mécaniciens à bord au côté du pilote, et nul autre que ces deux homes ne sont autorisés à intervenir sur la voiture durant la course.

Pour la plupart, les courses sont alors courues sur un circuit à développement important sur des routes publiques fermées à la circulation, et non des pistes privées construites pour la compétition. C'est ainsi le cas tant pour le circuit du Mans du Grand Prix 1906, que pour la Targa Florio courues sur 150km de routes sicilienne, le circuit allemand du Kaiserpres (120km), et le circuit français de Dieppe (77 km), utilisé pour le Grand Prix 1907. Mais déjà quelques tracés font exception comme la piste relevée à l'ovale en forme d'oeuf de Brooklands en Angleterre, mise en service en 1907, de l'Indianapolis Motor Speedway, utilisé pour la première fois en 1911, et du circuit de Monza, en Italie, ouvert en 1922.

En 1922, l'Italie devient le premier pays après la France à être l'hôte d'une course dénommée Grand Prix; ce dernier est couru à Monza. Cette initiative est rapidement suivie par la Belgique et l'Espagne (en 1924), et s'étend les années suivantes à d'autres pays. Ce n'est précisément pas encore un championnat formel, mais toujours une série de courses courues sous différentes règle. Une "formule" de course est pourtant apparue juste avant la première guerre mondiale, basée enfin sur la taille du moteur et sur le poids, mais n'a pas été universellement adoptée. En 1924, cependant, bien des automobile clubs nationaux se rassemblent pour former l'Association Internationale des Automobile Clubs Reconnus (AIACR), dont la Commission Sportive Internationale (CSI) est mandatée à régulier les Grand Pri et d'autres types de courses internationales. De 1927 à 1934, le nombre de courses au statut de Grand Prix, explose, bondissant de cinq compétitions en 1927, à neuf en 1929, pour culminer en 1934 à dix-huit (pic d'avant-guerre).

Tous les véhicules en compétitions sont peints aux couleurs nationales: bleu pour les pilotes français, vert pour les Britanniques, rouge pour les Italiens, jaune pour les Belges, et blanc pour les Allemands. A partir de 1934, les Allemands décident de ne plus peindre leurs voitures en vue de réduire le poids. Et bientôt, le métal vierge de peinture offrent un nouveau surnom aux bolides germaniques: les Silver Arrows ou Flèches d'Argent.

Les voitures françaises, emmenées par Bugatti, mais composé aussi des Delage et Delahaye, continuent à dominer jusqu'à la fin des années 1920 (Championnat du Monde des Marques), lorsque les Italiennes (Alfa Romeo et Maserati) commencent à battre les automobiles françaises de manière régulière. En 1930, cependant, le nationalisme entre dans une nouvelle phase lorsque les Nazis commencent à investir de l'argent en Mercedes et Auto Union afin de glorifier un peu plus le Reich. Les deux marques allemandes dominent allègrement la période de 1934 à 1939 (Championnat d'Europe des Pilotes), remportant toutes les compétitions à l'exception de trois courses lors de cette période. Les voitures à cette époque sont désormais des monoplaces (le mécanicien de bord ayant disparu au début des années 20), et sont propulsées par des moteurs de 8 à 16 cylindres surcompressé, produisant jusqu'à 600 chevaux à partir de carburant à base d'alcool.

En 1946, à la suite de la Seconde Guerre Mondiale, seules 4 courses du calibre des Grand Prix se tiennent. L'année suivante, l'ancienne AIACR se réorganise en la Fédération Internationale de l'Automobile ou FIA. Basée à Paris, en France, elle annonce à la fin de la saison 1949 qu'elle liera plusieurs Grand Prix nationaux dès 1950 pour créer une formule dénommée Formule 1 comportant un Championnat du Monde des Pilotes. Un système de points est dès lors établi et un total de sept courses se voient offrir le statut de course du championnat, dont les 500 miles d'Indianapolis. La première course du Championnat du Monde est courue le 13 mai 1950 à Silverstone dans le Royaume-Uni dans le cadre du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Les Italiens une fois encore se comportent extrêmement bien dans ces premières heures du Championnat du Monde, tant côté pilote que constructeurs. Le premier Champion du Monde est Giuseppe Farina, au volant d'une Alfa Romeo. Ferrari apparait en course dès la seconde course du championnat, à Monaco, et va se distinguer en étant le seul constructeur à concourir durant toute l'histoire de ce sport, courant encore en 2004.

Consulter l'article Formule 1 pour l'histoire des Grand Prix au dela de 1950.

Catégories

Monoplaces

Les courses de monoplaces, qualifiées aussi d'open wheel, outre-Atlantique, sont sans doute les compétitions de sport automobile les plus connues, les voitures étant spécifiquement conçue pour la haute vitesse. Ces monoplaces portent ainsi des ailerons avant et arrière au profil aérodynamique, visant à produire de l'appui et améliorer l'adhérence à la piste. Au plus haut niveau ces dispositifs se voient renforcés par des éléments aérodynamiques visant à guider le flux d'air, nommés déflecteurs, voire par des formes de carosseries spécialement optimisées. Enfin, l'effet de sol, qui se manifeste par un effet de détente, de dépression de l'air passant sous la monoplace créé par la forme du fond plat, est une des particularités essentielles de ce type de véhicule de compétition. Un élément vient contrecarrer cette recherche de vitesse, le fait que les roues ne soient pas couvertes ce qui crée des turbulences.

Les courses de monoplaces se tiennent sur des circuits fermés au tracé dédié, ou des circuits en ville, fermés au moment de la compétition. Une partie importante des courses de monoplaces en Amérique du Nord se courent sur des circuits "ovales", c'est même le seul type de circuit sur lequel courent les monoplaces d'Indycar (IRL).

La série de monoplaces la plus connue est la Formule 1, et son Championnat du Monde annuel voyant s'affronter quelques uns des constructeurs internationaux de voiture et moteur les plus majeurs en un affrontement technologique et une bataille sur la piste sans relâche. En Amérique du Nord, les monoplaces de Champ Car et de l'Indycar ont quelques similarités avec les Formule 1, mais sont cependant limitées par quelques restrictions technologiques drastiques : poids minimum plus élevé, cylindrée plus limitée, freins en acier qui contrastent avec les freins en carbone équipant la Formule 1.

Si ces trois séries sont le summum de la compétition en monoplace, elles sont secondées par quelques séries de niveau international de valeur dans lequel grandit le vivier de pilotes: [GP2], Formule Nippon, Formule Renault (connues aussi sous le nom de Formule Renault3.5), Formule 3, et Formule Atlantic.

Enfin le karting peut être considéré comme une monoplace si l'on s'en tient à la définition littérale de celle-ci, même si le pilotage en est bien éloigné. Les compétitions de karting emploient une petite machine - souvent à peine plus large que le baquet - d'un coût fort réduit, et se courrent sur des circuits de petit développement. La plupart des pilotes de haut niveau ont débuté leur carrière en kart.

Rallyes

Les Rallyes mettent en compétitions des voitures de production hautement modifiée sur des routes publiques (fermées à la circulation) ou des zones hors piste. Un rallye est couru habituellement sur plusieurs étapes - elles-mêmes divisées en spéciales - que les engagés sont autorisés à reconnaître avant de concourir. Le copilote (ou navigateur) utilise les notes de reconnaissance pour aider le pilote à terminer chaque spéciale et chaque étape le plus vite possible. La compétition se joue habituellement contre le temps, bien que dans les dernières années, des étapes en affrontement direct 2 à 2 aient émergés dans certaines compétitions.

Le principal championnat est bien entendu le Championnat du Monde des Rallyes ou World Rally Championship (WRC), mais il existe aussi des championnats régionaux et la plupart des pays ont leur championnat national, notamment en Europe et en Amérique du Nord..

Trois courses ont une célébrité qui dépasse le monde du rallye: le Rallye de Monte Carlo, le Rallye de San Remo et le Tour de Corse

Dans les catégories inférieures, souvent très populaires, la forme des rallyes à spéciale se voit souvent remplacée par les rallyes sur route (voir Types de Rallyes)


Voitures de Tourisme

Les championnats de voitures de Tourisme se courent avec des voitures de productions modifiées, concourant en peloton, sauf rares exceptions, sur des circuits fermés.

En Europe, les plus connus et réputés quant au niveau de leur compétition sont les championnats nationaux tels que le British Touring Car Championship (BTCC), ou le Deutsche Tourenwagen Masters (DTM, Championnat d'Allemagne de Supertourisme).

Il existe aussi des championnats internationaux comme l'European Touring Car Championship (ETCC), qui deviendra, sous le label de championnat du monde, en 2005, le World Touring Car Championship (WTCC).

En dehors de l'Europe, citons le championnat V8 Supercars en Australie, ainsi que les différents championnats régis par la NASCAR aux Etats-Unis.

Voitures de Sport

Dans cette catégorie, les versions de productions des voitures de sports et les prototypes concourent ensemble sur des circuits fermés. Les courses sont habituellement courues sur de longues distances, et les voitures sont pilotées par des équipes de deux ou trois pilotes, se relayant régulièrement. Du fait de la différence entre les voitures de sport 'normales' et les prototypes usines, les courses comportent d'ordinaire plusieurs classes, ayant chacune leur propre classement, en sus du classement général toutes classes confondues. Ce type de compétition a connu un essort important ces années passées, avec

  • la création d'un championnat FIA-GT
  • aux Etats-Unis de la série American Le Mans (ALMS) depuis 1999, mêlant des GT, GTS (aujourd'hui, GT1 et GT2), et deux classes de prototypes
  • la naissance en 2004 d'une série Le Mans Series basée autour de la course des 24 heures du Mans, comportant plusieurs courses de 1000 km sur différents circuits
  • et plus récemment, depuis 2006, un championnat japonais d'endurance, le Japan Le Mans Challenge (JLMC).

Les quatre principale courses de voiture de sports sont bien sur les 24 heures du Mans, les 24 heures de Daytona, les 24 heures de Spa et les 12 heures de Sebring


Karting

Cette discipline a été inventée par les pilotes de chasse de la RAF ( Royal Air Force). Ceux-ci s'entraînaient sur les pistes de décollage. Par la suite, il est devenu un sport mécanique assez populaire mais trés onéreux. En effet, l'argent compte plus que le talent... Mais cela reste tout de même le meilleur moyen de s'éclater en roulant si on a pas le permis. Et sans les radars...

Rallye Raid


Rallye Cross


Courses sur Glace


Stock cars


Dragsters


Courses de côte


Autres

J' ai le souvenir de courses automobiles disputées sur la base aérienne de DIJON LONGVIC en 1967, elle concernaient des courses de grand tourisme et de F2.......C'était avant la construction du circuit de Prenois, j'y ai vu Johonny Servoz Gavin gagner la course de grand tourisme sur une Matra Sport. C'était l'époque du président CHAMBELLANT.

Outils personels