Supertourisme

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.


Image:Crayon.gif Cet article est considéré comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en le modifiant (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Supertourisme&action=edit).
La liste complète de ces articles en cours de rédaction est consultable ici (http://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Cat%C3%A9gorie:WikiF1:%C3%A9bauche).


Le principe

Le Supertourisme a été crée en 1994 par la FIA dans un but d'harmoniser les différents championnats nationnaux. Les voitures étaient des berlines 4 portes propulsées par des moteurs atmosphériques de 2 litres développant environ 300cv.

Les coûts augmentant, la catégorie a été peu à peu remplacée, vers la fin des années '90, dans les championnats nationaux par des voitures dites "Superproduction".

Les Supertourisme ont vécu leur dernière saison pour l'inauguration de l'ETCC en 2001. Elles y seront remplacées en 2002 par les Super2000, moins chères.


Les championnats


à mettre en page

LES COMPETITIONS EN TOURISME


1. LA FRANCE


Renault est un constructeur de véhicules populaires, mais également de haut de gamme (exemple la R21) et de compétition (R5 maxi turbo).

En 1976 est né le championnat de France de Production à l’initiative (en autres) de Jean Pierre Beltoise.

Nous trouvons des véhicules Renault privés engagés dans cette discipline, comme : • la Fuego engagée en 1981 de Philippe Hazebrouck aux couleurs du pétrolier Avia. • la Renault 20 aux couleurs, du fabricant d’outils Facom piloté par Jacky Haran en 1980. • la Fuego de Pierre de Thoisy engagée en 1982 aux couleurs de Rexona. Il remporta l’épreuve de Croix en Ternois. • La Renault 21 de Francis Maillet (médecin minier en Meurthe et Moselle) en 1991 et 1992.

Pour les participations officielles, il faut attendre l’engagement de la R5 Alpine Calberson en 1983 (conduite par Jean Ragnotti), mais surtout fin 1985, avec l’apparition de la Renault R5 maxi turbo (n° de course 14) avec à son volant l’avocat Jean Louis Bousquet.

La régie décide de faire courir la R5 maxi turbo d’une cylindrée de 1397 cm³ avec une puissance de 380 chevaux à 75OO tours/minutes avec la technologie largement développée par Renault de suralimentation par turbo compresseur.

Le principe du turbo (également victorieux aux 24 heures du Mans et en Formule 1) est de récupérer l’énergie des gaz d’échappement d’un moteur, afin de comprimer l’air alimentant le moteur, améliorant ainsi son rendement.

Jean Louis Bousquet apporte à la marque au losange ses 2 premières victoires en 1985 dans ce championnat de tourisme sur les circuits de Lédenon et Monthléry (circuit crée en 1924).

Ce championnat aura au cours des années plusieurs appellations avec une évolution de son règlement (production, super production et supertourisme).


En 1986 pour sa première participation à ce championnat sur les circuits français Renault occupe la 4éme place du classement général avec Jean Louis Bousquet. Il a gagné sur le circuit en ville de Pau et celui du circuit mythique de Montlhéry (en région parisienne). Le pilote éclectique (rallye, rallycross et circuit) Jean Ragnotti remporte la 6 éme place du championnat.


En 1987 les passionnés du tourisme vont voir les deux pilotes (Jean Louis Bousquet et Erik Comas) défendre les couleurs de Renault. Erik Comas natif de Romans sur Isère, est un coureur avec un palmarès élogieux (karting, formule Renault, supertourisme, 24 Heures du Mans …) La voiture est aux couleurs de 2 principaux sponsors : Elf (le fidèle partenaire de Renault) et le fabricant électrique Philipps.

Ce championnat se déroule sur des circuits très connus comme Nogaro (coupe de Pâques), Albi, le Bugatti au Mans ou le Paul Ricard …

L’écurie Renault Elf Philipps remporte 6 des 12 épreuves. La régie devient donc pour la première fois championne de France de superproduction avec la R5 maxi turbo et le pilote Erik Comas.


Nous assistons en 1988 à un changement de voitures. Renault sport (identité compétition née en 1976) mets en avant sa Renault 21 turbo.

Ce véhicule avec un moteur de 43O chevaux (dans sa version compétition) est engagé pour la saison 1988.

Elle remporte dans sa livrée noire et jaune sa première victoire en mars avec à son volant Jean Ragnotti (numéro de course 3) sur le circuit varois du Paul Ricard (ce circuit a été crée et appartient au célèbre anisettier éponyme) devant Jacques Almeras sur Porsche. Il faut préciser que la voiture préparée dans les ateliers d’Anthony, n’avait effectué aucun roulage préliminaire.

Durant cette saison, le pilote parisien remporte deux épreuves supplémentaires à Montlhéry et le circuit historique de Rouen Les Essarts. Son coéquipier gagnera à trois reprises (Lédenon, Pau Arnos …) et terminera 5éme au championnat de France.

A la fin de cette saison 1988, Renault remporte donc son deuxième titre de champion de France de Superproduction avec une voiture avec un moteur de 43o cv, dérivé du 2litres turbo en position transversale.


En 1989 l’équipe Renault dirigé par Patrick Landon se trouve devant à un nouveau défi avec la R21 2litres turbo. Ce véhicule est totalement nouveau.

En effet face à une nouvelle réglementation technique de la F.F.S.A. (Fédération Française de Sport Automobile) plus contraignante (en défaveur des moteurs suralimentés), les ingénieurs ont travaillé dans 2 directions : une nouvelle implantation moteur (longitudinale) avec un nouveau système de refroidissement et de nouvelles transmissions. Le travail de fonds a été mené en collaboration avec le motoriste (implanté à Magny Cours dans la Nièvre) Sodemo, dirigé par Bernard Mangé.

Pour obtenir une voiture performante, un temps important a été nécessaire, c’est pourquoi l’équipe a choisi de ne pas s’aligner lors de la première épreuve sur le circuit gersois de Nogaro fin mars.

Renault obtiendra des résultats significatifs en milieu de saison

Avec un grand nombre de pole position (11 sur 14) comme par exemple sur les circuits de Pau Arnos, La Chatre et Dijon. Avec 5 victoires, l’écurie française terminera à la seconde place de cette compétition.

A la fin 1989, l’équipe se retire officiellement du championnat français de Supertourisme.

Nous retrouverons quelques années plus tard la passion de la compétition en tourisme sur les circuits anglais de 1993 à 1999 en B.T.C.C.




2. LA GRANDE BRETAGNE

L’Angleterre est une terre historique en matière de sport automobile.

Le B.T.C.C. (British Touring Car Championship) est des plus anciennes compétitions de tourisme sur le continent européen. A l’origine ce championnat de tourisme avait l’appellation B.S.C.C. (British Saloon Car Championship), a commencé en 1958 et consistait en une course de 11 tours sur les circuits classiques comme Aintree, Goodwood, Silverstone et Brands Hatch.

Renault va s’engager dans cette compétition en 1993 jusqu’en 1999 et débute le 28 mars 93 à Silverstone.

La première ébauche du projet d’engagement de la firme au losange date du milieu de l’année 1991 avec des discussions entre Renault Angleterre avec son directeur Michel Guigou, Tim Jackson (le responsable anglais des relations publiques et de la presse pour Renault) et Patrick Landon (directeur français de Renault Sport, basé à Viry Chatillon dans l’ancienne usine Amédée Gordini).

Lors d’une visite de Patrick Landon en juin 1992, le projet est véritablement mis sur les rails. A cette occasion Tim Jackson en raccompagnant le responsable sportif français à l’aéroport, se souvient bien d’une phrase importante dite à ce moment là « It won’t be easy, but I don’t think it will be too difficult », c'est-à-dire : cela ne sera pas facile, mais ne pense pas que cela soit trop difficile. (traduction)

Fin octobre de la même année, la préparation sportive des 2 voitures est confié à Giles Butterfied et sa société « Metal Composite Technology ». Le champion 1992 Tim Harvey signe en octobre son contrat, bientôt suivi par le pilote Suisse Alain Menu. Le véhicule retenu est la Renault 19 16V Saloon (Chamade en France). Elle est développée dans les locaux français d’Anthony (en région parisienne) et pour le moteur à Magny Cours chez Sodemo.

En mars 1993, les 2 voitures du Renault Dealer Racing (en association avec le réseau de distribution anglais) participent à la première course et en avril c’est la première victoire à Donington Park (1ère et 2éme place) sous la pluie.

Au terme de cette première saison, Tim Harvey se classe 14ème au championnat (voiture n° 1) et Alain Menu 10éme (voiture N° 19).

En 1994, on assiste à un changement de véhicules. La R19 est remplacée par la Laguna. L’équipe reste la même, ainsi que les 2 pilotes.

En début de saison, les courses sont difficiles et n’apportent pas de bons résultats. Les Alfa Roméo et les Ford Mondéo dominent outrageusement les premières manches du championnat.

A partir de la quatrième épreuve, cela s’améliore pour Renault. Le suisse Alain Menu termine 3éme et 2éme des deux courses organisées sur le circuit de Silverstone et remporte la compétition sur le circuit d’Oulton Park, ainsi qu’à Knockhill. Tim Harvey amène à la victoire La Laguna lors de la 18éme épreuve à Silverstone.

A l’issue de la dernière compétition à Donington Park, Alain Menu occupe la seconde place du championnat, juste derrière l’italien Gabriele Tarquini sur son Alfa Roméo 155. Son co-équipier prends la neuvième place.

Un grand nombre de changement s’annoncent pour l’année 1995.

Renault confie la gestion sportive à l’écurie de formule 1 : Williams. La firme française est déjà son motoriste en F1. le nouvel intitulé de l’équipe est le « Williams Renault Dealer Racing ». Cette équipe anglaise a acquis un savoir faire important, notamment dans les techniques de l’aérodynamisme.

La Laguna pour cette nouvelle saison est une version améliorée de celle de 1994 avec une nouvelle décoration. La couleur bleue apparaît et occupe la plus grande partie de la carrosserie.

Will Hoy, pilote anglais, rejoint le team à coté d’Alain Menu en remplacement de Tim harvey.

Cette saison permet à Renault de remporter de nombreuses courses, surtout en fin de saison. Ses très bons résultats permettent à Alain Menu de retrouver la deuxième place du championnat et d’atteindre la quatrième place pour Will Hoy.

L’écurie gagne la coupe des constructeurs B.t.c.c. (B.t.c.c. manufacturers award). Pour fêter ce titre, Renault sort une édition limitée avec la Laguna Estate. Elle est développée par Williams touring car engineering et Renault Angleterre. Elle reprend la décoration du véhicule engagé en B.t.c.c. et possède de superbes jantes OZ.


3. LES AUTRES PAYS


Dans un grand nombre de pays étrangers des voitures de compétition Renault sont engagées dans la catégorie Tourisme de façon privée ou par les représentants locaux de la firme au losange.

LES ETATS-UNIS

A la fin des années 1970 Renault s’implante à nouveau commercialement sur le territoire américain en prenant une participation dans la firme Amc/Jeep.

En 1976 Renault veut vendre des R5, elles s’appelleront « Le Car » avec des équipements spécifiques aux normes américaines comme les pare chocs avant et arrière. Le responsable de Renault aux Etats-Unis Patrick Jacquemart va courir officiellement dans la catégorie Imsa au volant d’une R5 turbo jaune avec le numéro 77. Ce pilote devient champion 76 du S.C.C.A. (Sports Car Club of America) pour la division Nord en gagnant 9 courses sur 12. Il décèdera en 1981 lors d’essai à Mid Ohio après une sortie de piste très violente.

LES PAYS BAYS

Dans ca pays, bien connu pour ses fromages et ses tulipes, est organisé un championnat (crée en 1976) le DTCC (Dutch Touring Car Championship).

Des véhicules Renault y sont régulièrement présents avec des Mégane et Clio.

On retrouve sur les circuits principalement l’écurie éponyme de Frans Verschuur, qui a couru par exemple en 1996 (avec un titre ce champion) et en 1998 (titre remporté par Donald Molendaar). Par la suite il prépare pour d’autres pilotes des voitures en Dtcc. Par exemple, l’écurie hollandaise engage en 2002 trois Clio 2.0 – 16V aux couleurs Vodafone dont une pour la pilote Gaby Uljee.

LA BELGIQUE

Le circuit de Spa Francorchamps (crée en 1920 dans la région des Ardennes belges) occupe une place importante dans les compétitions sur circuit.

La filiale belge de Renault a été impliquée dans plusieurs participations à l’épreuve mythique des 24 Heures de Spa (créée en 1924)

En 1998 une Mégane est engagée aux 24 Heures avec comme équipage : Pierre Yves de Corthals, Jacky Ickx et sa fille Vanina, Kurt Mollekens et Franck Lagorce. Cette voiture, préparée par la réputée écurie « Motorsport International » dirigé par ?, va terminer la course en très bonne position et permettre à son équipage de monter sur le podium final à la troisième place.

Dans les 2000, une autre écurie belge va permettre de mettre en avant la Renault Mégane : le Delahaye Racing Team. Cette équipe (crée en en 1999) par Pierre Sevrin et Gilles Terlinden va developpé avec le soutien de Renault sport le projet de faire évoluer une courir une Mégane version Trophy (voiture engagée lors des World Series by Renault) en endurance/tourisme. En 2006 Vincent Vosse (originaire de Verviers) et Fred Bouvy termineront second du championnat et l’écurie remporte pour Renault le classement des marques du BTCS (championnat belge de tourisme). En 2007 l’équipe gagne le championnat avec en autre une superbe victoire les 8 et 9 juin aux 12 Heures de Spa (avec 255 tours de circuit effectués).

L’ALLEMAGNE

Un des principaux championnats de tourisme avec le Btcc en Angleterre se déroule sur les circuits allemands : Le Dtm (Deutsche Tourenwagen Meisterschaft) depuis ? et regroupe les principales marques germaniques (Audi, Mercedes et Bmw).

A coté de ce fameux championnat, il existe également une compétition nationale de tourisme : le DTC (Deutsche Tourenwagen Challenge). Un certain nombre de pilotes courent sur Renault. En 1995, Maro Hebber est engagé en DTC (également en 1996 et 1997). Denis Bollin engage une Mégane préparée par Arkenau.

L’ARGENTINE

Ce pays est une grande nation en matière automobile. Renault est très impliqué autant en rallye (avec par exemple la R18 seize fois championne de 1982 à 2000 en classe 1600 à 2000 cm3) et bien sur en tourisme.

Le championnat de tourisme argentin (TC2000) est né en 1979. La marque au Losange est le constructeur le plus titré avec 8 titres (de 1986 à 1993 ). Elle remporte principalement ces honneurs avec le pilote Juan Maria Traverso et l’écurie (semi-officielle) Berta Sport.

En 2OO6, deux Mégane sont engagées par l’écurie EF Racing dirigé par Edgardo Fernandez. En 2007, les 2 pilotes sont Emiliano Spataro et Guillermo Ortelli (pilote pour Renault depuis 2006).

LE DANEMARK

Dans ce pays du nord de l’Europe, il existe un championnat de tourisme (le DTC, Danish Touringcar Championship) depuis 1998.

En 2OO3 Renault Sport Danemark engage une Renault Mégane II. Son pilote né à Vojens et vivant au Luxembourg est à son volant : . C’est un spécialiste des courses en tourisme (Dtm en Allemagne et Dtc au Danemark). Il terminera 7éme du championnat. En 2004, il récidive et finit à la 8éme place.

LA POLOGNE

Dans les pays de l’Est de l’Europe, il y a une tradition durable de l’engagement officiel ou privé de Renault en rallye et également en tourisme. En 2005 et 2006 la polonaise Koralina Czapka coure dans le championnat polonais de tourisme (WSMP, Wyscigowe Samochodowe Mistrzostwa Polski ) avec une Clio. En 2008, elle progresse car elle engage dans le championnat polonais de tourisme (DSMP, Dtugodystansowe Samochodowe Mistrzostwa Polski ) et son équivalent en Tchéquie avec le pilote Mateusz Lisowskisur sur une Renault Mégane trophy (reconverti). Sa participation va se dérouler sur 6 épreuves dans ces 2 pays sur des circuits comme Brno (le circuit Masaryk est situé au nord-ouest de la ville de Brno) et Poznan (circuit crée en 1975, près de cette ville de l'ouest de la Pologne sur la Warta).

Outils personels