Toyota

Un article de WikiF1, l'encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Toyota, officiellement Toyota Motor Corporation (トヨタ自動車株式会社, Toyota jidōsha) est un constructeur japonais.

right
Sommaire

Historique

Le nom de la marque vient du nom de la famille, Toyoda. Le nom a été volontairement changé en Toyota. L'entreprise a tout d'abord été une usine de textile. L'industrie de la soie étant en déclin, Toyota s'est reconvertie dans l'armement, puis s'est concentrée sur l'automobile.

C'est au cours de l'année 1936 que Toyota commercialise sa toute première voiture, copie de la Chrysler Airflow. En 1937, Kiichiro Toyoda met en place le principe "Juste-à-temps" (Just in time, JIT).

Toyota en sport automobile

Toyota en championnat du monde des rallyes

C'est en 1974 que les premières Toyota apparaissent en championnat du monde, avec bien entendu la Celica. Une seule victoire est enregistrée dans les années 70, celle de Hannu Mikkola au rallye des 1000 lacs 1975.

La présence de Toyota est discrète et le constructeur développe une Celica Groupe B dès la naissance de cette catégorie, en 1983. Le premier rallye de Toyota en groupe B fut le rallye des 1000 lacs, en Finlande, avec le jeune mais talentueux Juha Kankkunen au volant. La Celica obtint une sympathique sixième place pour ce premier rallye. Le deuxième fut encore meilleur. Toyota et l'expert du désert Björn Waldegaard firent équipe pour gagner le rallye de Côte d'Ivoire en octobre 1983, pour la seconde sortie de la Celica. Toutefois, le rallye du RAC fut une révélation pour Toyota. La Celica ne pouvait tout simplement pas aller assez vite pour rester au contact sur les routes étroites d'Europe.
En fait, jusqu'à la fin du groupe B en 1986, la Celica va souffrir sur les routes européennes face aux Lancia Rally 037, Peugeot 205 Turbo 16 ou autres Audi Quattro. Par contre, la Celica, simple et robuste, se révèle être la reine de l'Afrique, avec 3 succès consécutifs au Safari Rally entre 1984 et 1986 (2 pour Waldegaard, 1 pour Kankkunen).

Une nouvelle ère commence pour Toyota en 1987 avec la nouvelle règlementation Groupe A. Le duel avec Lancia va durer plusieurs années et c'est en 1990 que la marque décroche son premier titre conducteur avec Carlos Sainz. Face aux Delta de Didier Auriol et Miki Biasion, l'espagnol remporte les 1000 lacs, l'Acropole, le RAC et la Nouvelle Zelande. Sainz décroche une seconde place au championnat en 1991 avec pas moins de cinq victoires (Monte Carlo, Tour de Corse, Portugal, Nouvelle-Zelande et Argentine) puis décroche un deuxième titre en 1992 malgrè la domination en performance des Lancia. Plus régulier, Sainz ne gagne pas moins le Safari, le RAC, la Nouvelle-Zelande et son rallye national en Catalogne. Le règne de la Celica commence avec deux doublés pilote-constructeur en 1993 (Kankkunen) et 1994 (Auriol). 1995 aurait du sans doute continuer la série mais en début de saison, une irrégularité sur la bride des turbos est découverte : c'est l'humiliation pour Toyota Team Europe qui est condamné à un an de suspension... une sanction qui se traduit en fait par un retrait de la compétition.

La troisième période commence en 1997 avec l'engagement en fin de saison d'une nouvelle arme : la Corolla WRC. Toyota engage ses deux pilotes historiques, Auriol et Sainz. En 1998, Toyota frole le titre : lors du dernier rallye de la saison au RAC, Sainz entame la dernière spéciale en champion du monde virtuel, son principal rival Tommi Mäkinen ayant abandonné. Coup incroyable du sort, le moteur de Sainz cède à 500 mètres du but et le titre s'envole. En 1999, Toyota remporte le titre mondial constructeur mais le championnat pilote revient une nouvelle fois à Mäkinen sur Mitsubishi. La F1 s'approchant à grands pas, Toyota se retire du WRC.

Toyota en endurance

Pour le WSC et le WEC, cf. Toyota Motorsport GmbH

C'est de l'autre côté de l'atlantique qu'il faut chercher des Toyota victorieuses. En 1984, Dan Gurney, le célèbre pilote américain constructeur des Eagle, est contacté par Toyota USA pour produire un prototype destiné à la catégorie IMSA GTP. Gurney fait déjà triompher des Supra et des Celica dans la classe GTO mais on veut monter d'un cran.

Le projet n'aboutit qu'en 1989 et en 1990 la Toyota HF89 gagne 4 courses avec Juan Manuel Fangio II. C'est avec le modèle suivant que les choses changent: la MK3, apparue en 1991, gagne deux courses lors de sa première demi-saison. En 1992, la concurrence est rude avec Jaguar, Mazda et Nissan, le rival de Toyota sur le marché américain. Il n'y aura pas de suspense : les saisons 1992 et 1993 sont littéralement écrasées par la MK3 et Juan Manuel Fangio II gagne deux titres pilotes successifs. 19 victoires sont réalisées en 25 courses, même si l'année 93 fut en fait un long cavalier seul,les autres marques s'étant retirées.

Il faut préciser les deux victoires aux 12 heures de Sebring en 1992-93 (Fangio II-Wallace) et une victoire aux 24 heures de Daytona en 1993 (Jones-Dismore-Moran). Fin 93, Toyota abandonne l'IMSA (de toute façon 1993 est la dernière année des GTP, remplacées par les WSC) et se tourne vers le CART.

Au Japon,c'est bien sûr la Supra qui participe au JGTC. Depuis son lancement en 1993, la Supra a remporté 4 championnats, le dernier en 2005 avec Tachikawa et Tora Takagi, l'ancien pilote Tyrrell et Arrows.

Toyota en Formule 1

cf. Toyota Motorsport GmbH

Toyota en Champ Car et Indycar

Toyota débarque dans le CART en 1996 avec l'écurie AAR Eagle mais les premières saisons sont assez catastrophiques, car les casses moteur se succèdent à un rythme effréné.
Il faut attendre la course de Milwaukee en 2000 pour voir un moteur Toyota enfin s'imposer, avec Juan-Pablo Montoya. Les choses s'améliorent avec plusieurs victoires en 2001 puis le titre pilote et motoriste en 2002, grace au doublé Cristiano da Matta - Bruno Junqueira. Après 21 succès, Toyota décide de passer à la série concurrente, l'IRL.

Entre 2003 et 2005, date de son retrait de la discipline, Toyota a gagné 17 courses IRL et remporté un titre pilote en 2003 avec Scott Dixon.


Toyota en Nascar

Toyota a commencé son offensive dans la très américaine Nascar par investir les Craftsman Truck Series à partir de 2004, avec son modèle Tundra Pick-Up. Mais on attend avec impatience le début des Toyota Camry dans la NEXTEL Nascar Cup à partir de 2007. Toyota est ainsi le deuxième constructeur non-américain seulement à participer à cette discipline 100% yankee, après Jaguar dans les années 50.

Récupérée de "http://www.wikif1.org/Toyota"
Outils personels