Aguri Suzuki

Un article de WikiF1, l’encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Image:Crayon.gif Cet article est considéré comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en le modifiant (https://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Aguri_Suzuki&action=edit).
La liste complète de ces articles en cours de rédaction est consultable ici (https://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Cat%C3%A9gorie:WikiF1:%C3%A9bauche).


Aguri Suzuki est un pilote et un patron d’écurie de F1. Il est le seul Japonais (à ce jour) à être monté sur un podium.

Sommaire

Biographie

Fils du fondateur de la fédération japonaise de karting, il débute dans cette discipline à 17 ans. Il est champion national classe A en 1981. Il court en F3 nippone dès 1982. Il termine 2ème du championnat 1983 (2 victoires) derrière Yoshimasa Fujiwara.

Il signe un contrat avec Nissan pour disputer le championnat national de tourisme (champion 1986 classe A).

En 1987, il court dans le championnat japonais de F3000 chez Footwork (2 victoires à Suzuka) et termine vice-champion derrière Kazuyoshi Hoshino. En début d’année, il avait été engagé par Middlebridge-Trussardi qui comptait aligner d’anciennes Benetton dans le championnat du monde F1. La FIA interdit cette engagement.

Il remporte le titre nippon de F3000 1988 (3 victoires) qu’il court sur une Mooncraft puis une March-Yamaha (alignées par Footwork). Il participe occasionnellement au championnat international, sans réussite. En fin de saison, Yannick Dalmas étant indisponible, Gérard Larrousse fait appel à lui pour le Grand Prix du Japon. Parti 20ème, il termine 16ème.

En 1989, il profite de la collaboration Yamaha/Zakspeed pour décrocher le 2nd volant de l’écurie allemande aux côtés de Bernd Schneider. Là, il ne prendra aucun départ des 16 GP de l’année (l’Allemand n’en disputera que deux). La 891 est un échec total et ne lui permet à aucun moment de passer le couperet des pré-qualifications.

Il parvient à se réfugier alors chez Larrousse. Au volant d’une des deux LolaLamborghini alignées par l’équipe française, il marque son premier point en Grande-Bretagne, puis un autre en Espagne. Au Japon, au départ, Ayrton Senna accroche volontairement Alain Prost, puis Gerhard Berger et Nigel Mansell abandonne. La victoire (et le doublé) revient à Benetton, mais c’est bien Aguri Suzuki qui devient le premier Japonais à s’élever sur un podium.

En 1991, Larrousse est victime de problèmes financiers, et après avoir inscrit un point à Phoenix, le reste de la saison de Suzuki est un long calvaire.

En 1992, il rejoint l’équipe japonaise Footwork qui a racheté Arrows. Saison décevante : il est surclassé par son coéquipier Michele Alboreto. La monoplace est difficile à mettre au point. C’est là que l’Italien expérimenté creuse la différence.

Il est de nouveau dépassé par un autre baroudeur en 1993 : Derek Warwick.
Lors du dernier GP, il échoue en 7ème position.

Footwork redonnant les rênes à Jackie Oliver, Suzuki perd son volant et repart au Japon. Il court en championnat tourisme avec Nissan quand Eddie Jordan lui offre un baquet pour le Grand Prix du Pacifique pour remplacer Eddie Irvine.

En 1995, aidé par Mugen, il débarque chez Ligier. Il doit partager son volant en alternance avec Martin Brundle. Malgré une 8ème place lors du premier GP (Brésil) et le point ramené d’Allemagne, il décide de mettre un terme à sa carrière en F1. Cette fin est même précipitée par un violent accident lors des qualifications du GP du Japon.

Il se retourne alors une seconde fois vers le championnat japonais GT avec Nissan. Il y remporte une victoire en 1997 à Suzuka. En 1998, il termine 3ème aux 24 heures du Mans en compagnie de Kazuyoshi Hoshino et Masahiko Kageyama sur une Nissan R390 GT1. Il remporte une autre course du All-Japan GT en 2000 (Fuji).

Il manage ensuite de jeunes Japonais et met en place le championnat de Formula Dream sponsorisé par Honda.

En 2003, il crée une équipe IRL : Super Aguri Racing. Roger Yakusawa est son pilote 2003 et Kosuke Matsuura le devient à partir de 2004. Cette année-là, il s’associe avec le pilote mexicain Adrian Fernandez. Matsuura manque de peu la pole au Michigan et termine 4ème à Louisville. L’aventure durera jusqu’en 2006, sans grand succès.

Là, l’équipe passe totalement sous le contrôle de Fernandez car Aguri Suzuki annonce la création d’une équipe de F1 : Super Aguri. Cette naissance est facilitée par Honda qui cherche une solution pour garder le populaire Takuma Sato en F1.

Fiche Signalétique

  • Japonais
  • né le 08 Septembre 1960 à Itabashi-Ku (Japon)
  • Début en GP : Japon 1988
  • Dernier GP : Pacifique 1995
  • Nombre de GP disputés : 63 (22 non-qualifications)
  • Meilleur résultat en course : 3ème (Japon 1990)
  • Meilleur résultat en qualifications : 6ème (Belgique 1993)
  • Podium : 1
  • Nombre de points marqués : 8
  • 10ème du championnat du monde 1990

Carrière en F1

Palmarès

  • 1983 : vice-champion du Japon de Formule 3
  • 1986 : Champion du Japon de Supertourisme
  • 1987 : vice-champion du Japon de F3000 avec 1 victoire
  • 1988 : Champion du Japon de Formule F3000 avec 3 victoires

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.