Deutschen Tourenwagen Masters

Un article de WikiF1, l’encyclopédie libre du sport automobile.

(Redirigé depuis DTM)

Cette article est considérée une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en le modifiant (https://www.wikif1.org/dyn/index.php?title=Deutschen_Tourenwagen_Masters&action=edit).


Le DTM (Deutschen Tourenwagen Masters) est le championnat de voiture de tourisme allemand.
Discipline très populaire dans les années 80, avec plus de 100 000 spectateurs sur certaines manches, le DTM (Deutsche Tourenwagen Meisterschaft) connaît une première “mini-crise” au début des années 90 avec le départ d’Audi et BMW. En 1993, les Alfa Romeo (avec la 155) et Opel (qui aligne la Calibra) viennent défier Mercedes. Une véritable course à l’armement débute entre ces trois constructeurs, et les berlines bodybuildées deviennent de plus en plus chères à développer. Afin de rentrer dans leurs frais, les trois constructeurs décident alors d’internationaliser la série pour élargir les retombées. LA FIA s’en mèle et le DTM passe sous son égide et est renommé ITC (International Touring Car Championship). Mais le championnat ne parvient pas à s’imposer hors des frontières allemandes, et la FIA, financièrement exigeante, n’arrange rien aux difficultés que connait le DTM. Alfa Romeo décide de jeter l’éponge, immédiatement suivi par Opel. C’est la fin (provisoire) du DTM.

Le STW, avec sa réglementation classe 2 FIA, moins impressionnante mais aussi moins coûteuse, connait parallèlement un certain essor mais les fans allemands ne s’y retrouvent pas vraiment. Fin 1998, le STW voit se retirer ses principaux constructeurs (Peugeot, Nissan et BMW se sont retirés fin 98); Mercedes et Opel s’associent alors dans l’ombre pour faire renaître le DTM (devenu Deutsche Tourenwagen Masters).
Les deux constructeurs, auquel s’ajoute BMW (qui ne participera finalement pas à l’aventure), travaillent à un nouveau règlement privilégiant le spectacle (esthétique des voitures, sonorité des moteurs…) et la limitation des coûts (moteur unique pour la saison, pièces communes,…). Mercedes et Opel s’engagent à fournir huit voitures chacun (respectivement CLK et Astra Coupé) tandis que l’écurie privée Abt obtient une dérogation pour aligner quatre Audi TT, normalement en-deçà des minima de longueur et de hauteur.

Le DTM prend progressivement de l’ampleur, et devient internationallement crédible avec l’arrivée d’anciens pilotes de F1, comme Wendlinger, Alesi, Frentzen ou Häkkinen.

Palmarès

(pas de championnat entre 1996 et 2000)

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.