Joakim Bonnier

Un article de WikiF1, l’encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

(Redirigé depuis Jo Bonnier)

Joakim (“Jo”) Bonnier était un pilote suédois. Il s’est tué le 11 juin 1972 lors des 24 heures du Mans.

Jo Bonnier en 1966

Agrandir

Jo Bonnier en 1966

Sommaire

Biographie

Fils d’un professeur de génétique à l’Université de Stockholm et lui-même polyglote (il parle six langues étrangères), Joakim Bonnier commence sa carrière dans les années 50, par des courses de moto (en Harley-Davidson), des rallyes et des courses sur glace. Ses réussites lui permettent de courir avec des Alfa Romeo dans des épreuves de voitures de sport dès 1955.

L’année suivante, il est engagé par l’écurie Maserati de F1 pour le GP d’Italie, en tant que remplaçant. Luigi Villoresi lui cède son volant après 3 tours. Malheureusement, le moteur cède après un tour supplémentaire.

La saison suivante, il est engagé par la Scuderia Centro Sud qui le fit courir à quatre reprises sur une Maserati 205F, avec une 7ème place comme meilleur résultat. Ce qui ne l’empêchera pas, à Caen (à titre privé), puis à Silverstone (International Trophy), lors d’épreuves hors-championnat, de terminer à la 4ème place.

En 1958, il court sa première saison entière en F1. Il alterne les GP entre la Scuderia Centro Sud, sa structure et BRM. C’est pour cette dernière qu’il termine le GP du Maroc au pied du podium. Hors championnat, il termine 2ème des Grand Prix de Syracuse et de Caen.

Il court exclusivement pour BRM en 1959. A Zandvoort, 3ème épreuve du championnat, il décroche la pole et remporte la victoire après avoir batailler contre Masten Gregory, Jack Brabham et Stirling Moss. Avec une 5ème place en Allemagne, il termine 8ème du championnat.

Vainqueur à Zandvoort en 1959

Agrandir

Vainqueur à Zandvoort en 1959

En 1960, toujours pour BRM, il se retrouve en tête de la course des deux premiers GP (Argentine et Monaco), mais ne retrouve pas le chemin de la victoire (7ème, puis 5ème). Avec une autre 5ème place aux États-Unis, il est 15ème du classement final. Hors championnat, il termine 3ème du Lombank Trophy. En voitures de sport, il connaît plus de réussite, en tant que directeur d’écurie : la Porsche 718 RS60 du Joakim Bonnier remporte les 12 heures de Sebring avec Hans Herrmann et Olivier Gendebien. Avec l’Allemand, il remporte la Targa Florio pour l’écurie d’usine. Il termine également sur le podium des 1000km de Buenos Aires (avec Graham Hill) et des 1000km du Nürburgring (avec Gendebien). Il participe donc grandement au titre de vice-champion remporté par le constructeur allemand.

A Reims sur la BRM P48)

Agrandir

A Reims sur la BRM P48)

Porsche désireux de se lancer en F1, l’engage aux côtés de Dan Gurney. L’Etatsunien termine trois fois 2ème et rate de peu la victoire en France. Le Suédois doit se contenter d’une 5ème place en Grande-Bretagne. C’est encore hors championnat qu’il obtient de bons résultats : neuf podiums ! Avec Gurney, il termine 2ème de la Targa Florio.

En 1962, il remporte les 12 heures de Sebring (avec Lucien Bianchi sur une Ferrari 250) et finit 3ème de la Targa Florio (avec Nino Vaccarella sur Porsche 718). En F1, il doit se contenter d’une 5ème place à Monaco pour le compte du championnat du monde tandis que Gurney l’emporte en France et signe la pole et un podium en Allemagne). A l’opposé, quatre podiums s’offrent à lui lors des épreuves hors championnat.

Lors des essais du Grand Prix d'Allemagne 1962

Agrandir

Lors des essais du Grand Prix d’Allemagne 1962

En 1963, il est engagé par Rob Walker, qui le fait courir sur des CooperClimax (5ème en Belgique et au Mexique). En voitures de sport, il remporte la Targa Florio (pour Porsche, avec Carlo Maria Abate).

En 1964, il termine 2ème au Mans et remporte les 12 heures de Reims et les 1000km de Paris, avec une Ferrari de Maranello Concessionnaires et Graham Hill. Pendant ce temps, en F1, il court toujours pour Walker, mais sur des Brabham (BRM puis Climax). Il termine 2ème du Daily Mirror Trophy.

L’année suivante, il termine quatre fois 7ème en F1 (Brabham de Rob Walker). Il termine 3ème des 1000km du Nürburgring, avec Jochen Rindt sur une Porsche 904/8 officielle.

En 1966, il remporte les 1000km du Nürburgring, en compagnie de Phil Hill sur une Chaparral. En F1, il conduit ses propres Cooper-Maserati et Brabham-Climax et marque un point lors du dernier GP.

Lors des essais des 1000km du Nürburgring 1966 sur Chaparral

Agrandir

Lors des essais des 1000km du Nürburgring 1966 sur Chaparral

En 1967, il marque deux points en F1 (deux 6ème places).

L’année suivante, il marque un point avec sa McLaren-BRM en Italie, puis deux avec sa Honda au Mexique.

Lors des essais du Grand Prix de Monaco 1968

Agrandir

Lors des essais du Grand Prix de Monaco 1968

En 1969, il ne court que deux GP avec une LotusCosworth (deux abandons). Il aligne aussi une Lola T70 en sport proto (2ème des 1000km de Zeltweg avec Herbert Müller).

En 1970, il ne s’aligne que sur un GP, les États-Unis (abandon) et ne rencontre aucun succès en voitures de sport.

Il court ses trois derniers GP en 1971 avec une McLaren et ne voit qu’une seule fois l’arrivée (10ème du GP d’Italie). Il termine 3ème de la Targa Florio avec Richard Attwood sur une Lola T212 de la Scuderia Filipinetti.

En 1972, sa Lola-Ford, partagée avec Reine Wisell et Gérard Larrousse, termine 6ème des 12 heures de Sebring. Avec le seul Français, il termine à la même place des 1000km du Nürburgring. Las, le 11 juin, il dispute les 24 heures du Mans (avec Larrousse et Gijs van Lennep), mais après 18 heures de course, il heurte une Ferrari de la Scuderia Filipinetti. Le pilote suédois quitte le monde automobile à 42 ans.

Fiche Signalétique

Carrière en F1

  • 1956 : Maserati (modèle 250F)
  • 1957 : Maserati (modèle 205F de la Scuderia Centro Sud et privé)
  • 1958 : Maserati (modèle 205F de la Scuderia Centro Sud et de J. Bonnier), BRM (modèle P25)
  • 1959 : BRM (modèle P25)
  • 1960 : BRM (modèles P25 et P48)
  • 1961 : Porsche (modèles 787 et 718)
  • 1962 : Porsche (modèles 804 et 718)
  • 1963 : Cooper-Climax (modèle T66 du Walker Racing Team)
  • 1964 : Cooper-Climax (modèle T66 du Walker Racing Team), Brabham-BRM et Climax (modèles BT11 et BT7 du Walker Racing Team)
  • 1965 : Brabham-Climax (modèle BT7 du Walker Racing Team)
  • 1966 : Cooper-Maserati (modèle T81 du Joakim Bonnier Racing Team), Brabham-Climax (modèles BT22 et BT7 du Joakim Bonnier Racing Team)
  • 1967 : Cooper-Maserati (modèle T81 du Joakim Bonnier Racing Team)
  • 1968 : Cooper-Maserati (modèle T81 du Joakim Bonnier Racing Team), McLaren-BRM (modèle M5A du Joakim Bonnier Racing Team), Honda (modèle RA301 du Joakim Bonnier Racing Team)
  • 1969 : Lotus-Cosworth (modèles 63 et 49B du Joakim Bonnier Racing Team)
  • 1970 : McLaren-Cosworth (modèle M7C de l’Écurie Bonnier)
  • 1971 : McLaren-Cosworth (modèle M7C de l’Écurie Bonnier)

Palmarès

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.