Lancia

Un article de WikiF1, l’encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Lancia est un constructeur automobile italien fondé en 1906 par Vicenzo Lancia. La marque appartient au groupe FIAT depuis 1969.

150px
Sommaire

Lancia en Sport Automobile

Lancia en Grand Prix

Lancia arrive en Formule 1 en 1954, année où est introduite une nouvelle règlementation moteur admettant une cylindrée maxi de 2500cm3 pour les “atmo” ou de 750cm3 maxi pour les compresseurs.

Lancia recruta le très célèbre concepteur Vittorio Jano pour construire une voiture qui n’apparut en fait que tard dans la saison. Cette voiture devait rivaliser avec la dominante Mercedes W196.
Les pilotes de la Lancia furent Alberto Ascari et Luigi Villoresi que l’on confia à Maserati pendant la finition de la Lancia D50. Celle-ci fit finalement son début dans le Grand Prix d’Espagne 1954, où Ascari fut le plus rapide aux essais qualificatifs, avant d’abandonner en course après neuf tours, à cause d’une panne d’embrayage. Les D50 avaient beau être assez originales dans leur conception, elles ne purent rien cette année là.
L’année suivante fut celle de la domination des flèches d’argent de Juan Manuel Fangio et de Stirling Moss. Lancia était la seule écurie réellement capable de contrer la firme allemande. Ascari ne passa pas loin à Monaco puis connut un spectaculaire accident qui l’envoya dans le port! Quelques semaines plus tard, il se tuait au volant de la Ferrari d’Eugenio Castellotti en tests à Monza. Lancia, choqué par ce drame et connaissant en plus des difficultés financières, revendit ses D50 à Ferrari qui en fera bon usage en 1956 avec Fangio. Mais pour Lancia, les grand prix sont terminés.

Lancia en Rallye

L’aventure Lancia en Rallye débute dans les années 60, d’abord avec des Flavia et Flaminia. C’est précisément en 1966 que les choses deviennent sérieuses avec l’engagement de la Fulvia HF. La première version, avec un petit 1200cm de 90 CV puis la seconde de 1600cm et 150 CV, vont révolutionner le rallye.
La Fulvia HF gagne le San Remo en 1969 avec Harry Källström et en 1972 avec Amilcare Ballestrieri, 3 RAC Rally avec le même Källström de 1969 à 1971 ,un Tour de Corse 1967 avec Sandro Munari, 2 rallyes du Portugal avec Fall (1968) et Lampinen (1970).`Lancia remporte la coupe des marques en 1972.

L’année 1974 restera dans les annales du sport automobile, avec l’arrivée sur les routes de la silhouette futuriste de la Lancia Stratos. Conçue par Bertone, à qui on doit déjà à l’époque la Lamborghini Miura, la Stratos reçoit le moteur V6 Dino de 270 CV. L’aérodynamique originale et acerée tranche avec les modèles jusque là engagés en rallye.

Le succès ne se fait pas attendre puisque Lancia va remporter trois coupes des marques successives de 1974 à 1976. En 1976, les Stratos réalisent même le triplé au Monte Carlo et au San Remo. La Stratos remporte encore le premier championnat des pilotes en 1977 avec Sandro Munari mais elle se retire du championnat du monde pour laisser la place à la Fiat 131. La carrière de la Stratos se poursuit encore plusieurs années en rallye dans des championnats nationaux, notamment en France avec Bernard Darniche qui gagne les titres en 1976 et 1978. Le même Darniche remporte même les championnats d’Europe 1976 et 1977, puis Tony Carello un troisième en 1978.

Il faut attendre la naissance du Groupe B en 1983 pour voir Lancia réapparaître au sommet, avec la 037. Le problème de cette 037 fut qu’elle était une propulsion, tandis que sa rivale, l’Audi Quattro, avait quatre roues motrices et une puissance supérieure.
Cela n’empêche pas à la O37 de triompher dès sa première année au Monte-Carlo avec Walter Röhrl puis de réaliser un fabuleux quarté au Tour de Corse, avec Markku Alén, vainqueur. Les Lancia remportent aussi l’Acropole, la Nouvelle-Zélande et le San Remo. A la fin de la saison, le titre pilotes revient à Hannu Mikkola sur Audi mais c’est Lancia qui remporte le titre constructeur.
Pour 1984, Lancia perd Röhrl et aligne un trio Alén-Attilo BettegaMiki Biasion. Alén remporte le Tour de Corse mais la Lancia est dépassée par l’ogre Audi et par une nouvelle venue,la Peugeot 205 Turbo 16 qui fait sensation en s’imposant de suite.

Sentant le vent tourner, Lancia réplique en sortant en 1985 sa nouvelle arme, la Delta S4 qui n’apparaît qu’en fin d’année mais qui s’impose d’emblée au RAC avec Henri Toivonen. La saison est marquée par l’accident mortel d’Attilo Bettega au Tour de Corse.
La S4 était une des autos les plus avancées en Groupe B. Comme ses rivales, la S4 avait un châssis d’espace, une carrosserie de kevlar, une transmission à quatre roues motrices, et le moteur derrière le pilote. Mais la S4 était spéciale : c’est la seule auto avec un moteur turbo et un compresseur. Lancia a développé ce moteur avec Abarth pour que le moteur reçoive de la puissance à toutes les vitesses. Lancia développa ce moteur avec le préparateur Abarth car un compresseur donne de la puissance à bas régime (alors qu’un turbo y souffre de son inertie), et le turbo donne de la puissance à des régimes plus élevés (où un compresseur est moins efficace). Le moteur produisait plus de 600 chevaux.

Les performances s’affolent : la Lancia Delta S4 passait de 0 à 60 mph en 2,3 secondes – sur une piste de gravier! En 1986, Henri Toivonen a conduit une S4 autour d’Estoril (le circuit du Grand Prix du Portugal) si vite qu’il se serait qualifié sixième pour le Grand Prix de Formule 1 cette année-là !!! Les autos avaient atteint le point où, d’après Maurice Guaslard (l’homme qui dirigeait le programme de rallye de Michelin), la limite sur une étape n’était pas déterminée par l’auto, le pilote, ou les pneus. La limite était déterminée par la route. Ils ne pouvaient pas aller plus vite.

En 1986, le duel avec Peugeot est somptueux : la S4 s’impose au Monte Carlo (Henri Toivonen), en Argentine (Miki Biasion) et au San Remo (Marku Alén). Pourtant, cette belle aventure connaît une fin tragique : au tour de Corse, une fois encore, Henri Toivonen et Sergio Cresto, son équipier, sortent de la route et la voiture s’enflamme instantanément. Leur décès marque aussi l’arrêt de mort par la FIA du Groupe B devenu trop dangereux.

A partir de 1987 commence le Groupe A. Pendant longtemps, le Groupe S était la classe qui devait remplacer Groupe B. La FISA planifiait le Groupe S parce qu’elle voulait une classe permettant aux constructeurs de développer des autos futuristes. Les règles demandaient seulement dix copies, mais les autos étaient limitées à 300 chevaux.

Les évènements de 1986 changèrent la donne et les autorités imposèrent un retour à des voitures moins extravagantes. Cela ne porta pas préjudice à Lancia puisque la marque va entamer un long règne avec la Delta HF Intégrale, règne qui ne va s’achever qu’en 1992 après 6 titres constructeurs consécutifs et 4 titres pilotes en 1987 (Juha Kankkunen), 19881989 (doublé de Miki Biasion) et 1991 (Kankkunen). 1992 aurait du être l’année de Didier Auriol, qui remporta 6 victoires, mais Carlos Sainz, plus régulier sur sa Toyota, remporta la mise.

La Delta y glane ses derniers succès : elle effectue encore une saison en 1993, avec Carlos Sainz mais la HF est dépassée par la Celica et la nouvelle Escort Cosworth. Lancia se retire à la fin de la saison et depuis, les fans attendent le retour de la marque dans sa discipline chérie.

Lancia détient le record de victoires en championnat du monde, avec 74 rallyes remportés, loin devant Ford (51).

Palmarès en Championnat du Monde

Titres Constructeurs

Titres Pilotes

Palmarès/Auto (championnats nationaux)

Fulvia

  • 1966

Championnat d’Italie (Leo Cella)

  • 1967

Championnat d’Italie (Sandro Munari)

  • 1968

Championnat d’Italie (Arnaldo Cavallari)

  • 1969

Championnat d’Europe (Harry Källström)
Championnat d’Italie (Sandro Munari)

  • 1971

Championnat d’Italie (Sergio Barbasio)

  • 1972

Championnat d’Italie (Sergio Barbasio)

  • 1973

Championnat d’Europe (Sandro Munari)
Championnat d’Italie (Amilcare Ballestrieri)

Stratos

  • 1976

Championnat d’Europe (Bernard Darniche)
Championnat de France (Bernard Darniche)
Championnat d’Italie (“Tony”)

  • 1977

Championnat d’Europe (Bernard Darniche)
Championnat d’Italie (Mauro Pregliasco)

  • 1978

Championnat d’Europe (Tony Carello)
Championnat de France (Bernard Darniche)

  • 1979

Championnat d’Espagne (Jorge de Bagration)
Championnat d’Italie (“Tony”)

  • 1981

Championnat d’Espagne (Jorge de Bagration)

O37

  • 1982

Championnat d’Italie (Antonio Tognana)

  • 1983

Championnat d’Europe (Miki Biasion)
Championnat d’Italie (Miki Biasion)

  • 1984

Championnat d’Europe (Carlo Capone)

  • 1985

Championnat de Belgique (Patrick Snijers)
Championnat d’Espagne (Salvador Servià)
Championnat d’Europe (Dario Cerrato)
Championnat d’Italie (Fabrizio Tabaton)

S4

  • 1986

Championnat d’Espagne (Salvador Servià)
Championnat d’Europe (Fabrizio Tabaton)
Championnat d’Italie (Dario Cerrato)

HF/HF Integrale

  • 1987

Championnat d’Europe (Dario Cerrato)
Championnat d’Italie (Fabrizio Tabaton)

  • 1988

Championnat d’Autriche (Franz Wittmann)
Championnat d’Europe (Fabrizio Tabaton)
Championnat d’Italie (Dario Cerrato)
Championnat du Portugal (Carlos Bica)

  • 1989

Championnat d’Autriche (Franz Wittmann)
Championnat d’Europe (Yves Loubet)
Championnat d’Italie (Dario Cerrato)
Championnat du Portugal (Carlos Bica)

  • 1990

Championnat d’Allemagne (Ronald Holzer)
Championnat d’Autriche (Ernst Harrach)
Championnat d’Espagne (Jesús Puras)
Championnat d’Europe (Robert Droogmans)
Championnat de Finlande (Sebastian Lindholm)
Championnat d’Italie (Dario Cerrato)
Championnat du Portugal (Carlos Bica)

  • 1991

Championnat d’Autriche (Christoph Dirtl)
Championnat d’Europe (Piero Liatti)
Championnat d’Italie (Dario Cerrato)
Championnat des Pays-Bas (Chiel Bos)
Championnat du Portugal (Carlos Bica)

  • 1992

Championnat d’Espagne (Jesús Puras)
Championnat d’Italie (Piergiorgio Deila)
Championnat du Moyen-Orient (Mamdouh Khayat)

  • 1993

Championnat d’Italie (Gilberto Pianezzola)
Championnat du Portugal (Jorge Bica)

  • 1994

Championnat de Tchéquie (Piergiorgio Deila)

Lancia en Endurance

Les premières lettres de noblesse de Lancia en Endurance remontent aux années 50 avec la D24 qui gagne les Mille Miglia 54 (Alberto Ascari) ,3 Targa Florio en 52 (Felice Bonetto), 53 (Luigi Maglioli)et 54 (Piero Taruffi) et la fameuses Carrera Panamericana en 53 avec un certain Juan-Manuel Fangio.

La marque ne revient qu’à la fin des années 70. Le premier modèle réengagé est une Stratos adaptée au Groupe 5 par l’ingénieur Mike Parkes. Le V6 Dino d’origine est gonflé à 560 CV. La voiture ne fait pas d’étincelles dans les courses européennes mais elle gagne deux tours d’Italie en 76 et 77.
C’est en 1979 que Lancia s’investit réellement dans l’Endurance avec la Lancia Beta Monte Carlo 1.4, préparée par la nouvelle division sport Abarth et sous la houlette de Cesare Fiorio.

Classée dans le Groupe 5, cette voiture débute à Silverstone en 1979 avec Riccardo Patrese et l’écclectique Walter Röhrl. Cette première saison est à son avenant puisque le duo remporte dans la catégorie 2L les 1000km du Nürburgring et les 6 heures de Brands Hatch, permettant au constructeur de remporter le titre des marques classe 2 Litres.
Les deux saisons suivantes vont rajouter deux autres couronnes dans le championnat catégorie 2L, avec 14 succès gagnés par des pointures comme Patrese, Röhrl ou encore Michele Alboreto. Hans Heyer complète ce beau palmarès par le championnat DRM 1980.

Lancia décide alors de passer dans la catégorie supérieure avec le Groupe C. La Lancia LC1 débute en 1983 mais ne récolte que quelques places d’honneur, si bien qu’une LC2 est vite mise sur les cirucits. Jusqu’en 1986,les LC2 vont remporter quelques courses comme les 1000km de Monza en 83 (Teo Fabi/Heyer), les 1000km de Kyalami 84 (Patrese/Alessandro Nannini) et les 1000km de Spa 85 (Patrese/Mauro Baldi) mais elles connaîtront régulièrement des soucis mécaniques. En 84, deux Lancia LC2 mènent les 24 heures du Mans avant de se retirer sur abandon.

Finalement, Lancia arrête son programme Endurance fin 86 pour mieux se consacrer au Rallye avec le succès que l’on sait…

Récupérée de “https://www.wikif1.org/Lancia

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.