Sébastien Bourdais

Un article de WikiF1, l’encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Sébastien Bourdais est un pilote français né le 28 février 1979 au Mans (France).
right
Sommaire [cacher] 1 Biographie

1.1 L’ascension
1.2 Rejeté par la Formule 1
1.3 La gloire aux États-Unis
1.4 La reconnaissance ?
1.5 La Formule 1, enfin….
2 Fiche Signalétique
3 Carrière

3.1 Formule 1
3.2 Sport Automobile
4 Palmarès

4.1 Titres
4.2 Ses 6 participations aux 24 heures du Mans
4.3 Son unique participation aux 500 Miles d’Indianapolis
[modifier] Biographie
[modifier] L’ascension

Fils de Patrick Bourdais, pilote de rallye et d’endurance, Seb grandit dans la culture du sport automobile. En 1989, son père lui offre pour noël, un kart, il participe dès 1990 à des courses de la Ligue Maine-Bretagne et obtiendra le titre en 1991. Il terminera 4ème du championnat de France Cadets en 1992.
En 1995, il franchit le cap de la monoplace et terminera 9ème du championnat de France de Formule Campus. Il passe l’année d’après en Formule Renault (il gagnera aussi cette année là les 24 Heures du Mans Karting) et s’octroiera de titre de vice-champion de France en 1997. 1998 le voit débarquer dans le peloton de Formule 3. Il terminera meilleur rookie et se verra attribuer le “Trophée Enjolras”. Le célèbre adage une année pour apprendre, l’autre pour gagner se confirmera en 1999 avec le titre de champion de France de Formule 3 (avec pas moins de 8 victoires).
Il participe en 1999 à ses premières 24 heures du Mans sur une Porsche 911 GT2 aux côtés de “Godasse de Plomb” Jarier. Il abandonnera à la 11ème heure après avoir signé le meilleur temps en course de tous les pilotes Porsche.
L’échelon suivant est logiquement la Formule 3000. Il s’engage avec le Gauloises Formula (le junior team de Prost Grand Prix). Il ne terminera qu’à la 9ème place du championnat. Sa première victoire arrive à Silverstone en 2001, le 14 Juillet, alors qu’il conduit pour le team français DAMS faisant ainsi chanter la Marseillaise sur le podium le jour de la fête nationale. Pour 2002, il signe avec le team Super Nova de David Sears avec l’objectif du titre. Trois victoire viendront ponctuées cette saison qui le voit ravir le titre intercontinental huit ans après le dernier titre français de Jean-Christophe Boullion. Ce même Boullion qui sera son équipier aux 24 Heures du Mans que Sébastien dispute depuis 2000 avec le Pescarolo Sport. Il gagnera d’ailleurs 2 courses du championnat FIA Sportscar.
[modifier] Rejeté par la Formule 1

Suite à son bon début de saison 2002, il est convié à un test en Formule 1 à Valence par l’écurie Arrows de Tom Walkinshaw, il est sur le point de s’engager pour la saison 2003, mais l’équipe jette l’éponge, faute de budget, après le GP d’Allemagne. Premier coup…
En fin de saison, il est opposé lors d’un test à Jerez à Franck Montagny pour un poste de pilote essayeur chez Renault, mais l’écurie française managé par Flavio Briatore préfère Franck. Il s’avère que Sébastien a refusé de signer un contrat de management avec l’Italien, peut-être une raison de ce refus. Deuxième coup…
[modifier] La gloire aux États-Unis
Sébastien au volant de sa Lola (ROC 2005)
Agrandir
Sébastien au volant de sa Lola (ROC 2005)

Champion en titre, il ne peut effectuer une quatrième saison de F3000. Les rumeurs le voient en DTM avec Opel.
La chance viendra d’un test en Champ Car organisé par le Newman-Haas Racing (une des meilleures équipes de la discipline) sur le tracé de Sebring. Carl Haas et l’acteur Paul Newman lui proposent un volant en 2003 aux côtés du brésilien Bruno Junqueira.
Il effectue des débuts tonitruants en se qualifiant en pole position pour sa toute première course, comme l’avait fait dix ans plus tôt un certain Nigel Mansell. Seb signe trois victoires (la première sur le circuit allemand du Lausitzring alors qu’il dispute ce jour là sa première course sur ovale) et 5 poles au cours de sa première saison, finit 4ème et termine premier du championnat des “Rookies”. Il ne peut hélas participer aux 24 Heures du Mans pour cause d’incompatibilité de calendrier. Pour 2004, l’objectif est naturellement le titre. Il sera acquis avec pas moins de 7 victoires et 8 pole positions. Il devient ainsi le premier Français à remporter un titre majeur sur le sol américain. 2005 le verra sacré pour la deuxième fois mais avec des stats “moins bonnes” (5 poles et 6 victoires). Il participe cette année là à ses premières 500 Miles d’Indianapolis (courues dans le cadre de l’IRL) au volant d’une Panoz/Honda. Qualifié 15ème, il abandonne suite à un contact avec le mur à quelques tours de l’arrivée. Il deviendra aussi le premier Français à remporter une course du célèbre IROC sur le tracé de Daytona et participera en fin d’année à la Race of Champions en compagnie de Stéphane Péterhansel.
La saison 2006 le fait rentrer à jamais au panthéon du sport automobile US avec un troisième titre consécutif ponctué de 7 victoires. Un exploit qui n’avait plus été réalisé depuis Ted Horn (champion de 1946 à 1948).
[modifier] La reconnaissance ?
Essais Hivernaux Barcelone Novembre 2007
Agrandir
Essais Hivernaux Barcelone Novembre 2007

3 titres consécutifs, 23 victoires et pourtant Sébastien n’a pas testé de Formule 1 depuis … 2002. L’ensemble du paddock F1 reconnait sa valeur mais personne ne lui propose ne serait-ce qu’un test. Certaines discussions poussées ne débouchent que sur un contrat de pilote d’essai sans garantie de titularisation. Eu égard à son palmarès et à ce qu’il a prouvé tout au long de ces années, il refuse ces propositions (il a eu néanmoins des contacts très avancés avec BMW Sauber). Seb s’apprête donc à repartir pour une nouvelle saison en Champ Car avec pour objectif le quatrième titre historique. Il est recruté par Peugeot pour un des 6 volants de la 908 diesel qui est engagée aux 24 Heures du Mans 2007.
Puis la surprise ! L’écurie Toro Rosso le convie à un test de 3 jours en décembre 2006 sur le circuit de Jerez. Le test est concluant, Gerhard Berger, le directeur de l’équipe, est ravi et convoque Sébastien pour un second test en août à Spa.
Entre temps Sébastien empile les victoires outre-manche et file vers son quatrième titre. En juin, il est de retour dans la Sarthe pour participer aux 24 heures aux volant de la 908. Parti en pole position, il ne pourra lutter (en compagnie de ses équipiers Pedro Lamy et Stéphane Sarrazin) pour la victoire contre la redoutable Audi R10 menée par le trio Pirro/Biela/Werner. Il termine deuxième et offre à Peugeot et à lui-même un premier podium.
Fort de 8 victoires, Sébastien s’occroit pour la quatrième (et dernière ?) fois le titre de Champ Car. Car oui, enfin, Sébastien est recruté par une écurie de Formule 1 en temps que titulaire. Toro Rosso n’a pas laissé l’occasion de s’octoyer ses services pour la saison 2008. Sébastien quitte donc les courses américaines après 5 saisons, 73 courses, 31 victoires, 32 pôles, 44 podiums et 4 titres de Champion.
Sa carrière en F1 peut enfin démarrer…
[modifier] La Formule 1, enfin….

Au côté du jeune prodige allemand Sebastian Vettel, Sébastien devra prouver que ses titres US ne sont pas dus au niveau moins élevé du Champ Car mais bel et bien à son talent.
[modifier] Fiche Signalétique

Français
né le 28 Février 1979 au Mans (France)
Début en GP : Australie 2008
Dernier GP : en activité
Nombre de GP disputés : 20
Meilleur résultat en course : 7ème (Australie 2008 et Belgique)
Meilleur résultat en qualifications : 4ème (Italie 2008)
Nombre de points marqués : 5
Site Web : http://www.sebastien-bourdais.com
fils du pilote Patrick Bourdais
marié à Claire, une fille (Emma)

[modifier] Carrière
[modifier] Formule 1

2002 tests pour Arrows et Renault
2006 tests pour Toro Rosso/Cosworth
2007 tests pour Toro Rosso/Ferrari
2008 Toro Rosso/Ferrari

[modifier] Sport Automobile

1991 Karting France Minime (7ème), Karting Ligue Maine-Bretagne Minime (Champion)
1992 Karting France Cadet (4ème)
1993 Karting Ligue Maine-Bretagne Cadet (Champion)
1994 Karting
1995 Formule Campus France (9ème)
1996 Formule Renault France (7ème)
1997 Formule Renault France (2ème, 4 victoires)
1998 Formule 3 France (6ème)
1999 Formule 3 France (Champion, 8 victoires), Le Mans
2000 Formule 3000 (9ème), Le Mans
2001 Formule 3000 (4ème, 1 victoire), Le Mans
2002 Formule 3000 (Champion, 3 victoires), FIA SportsCar (4ème, 2 victoires), Le Mans, Carrera Cup France (1 victoire), Formule 1 (tests)
2003 Champ Car (4ème, 3 victoires)
2004 Champ Car (Champion, 7 victoires), Le Mans
2005 Champ Car (Champion, 6 victoires), Indycar (28ème), ROC, IROC
2006 Champ Car (Champion, 7 victoires), Formule 1 (tests)
2007 Champ Car (Champion, 8 victoires), Formule 1 (tests)
2008 Formule 1 (17ème)

[modifier] Palmarès
[modifier] Titres

1991 Champion de la Ligue Maine-Bretagne de Karting Minime
1993 Champion de la Ligue Maine-Bretagne de Karting Cadet
1996 vainqueur des 24 Heures du Mans Karting
1997 vice-champion de France de Formule Renault avec 4 victoires
1998 vainqueur du “Trophée Enjolras” en Formule 3
1999 Champion de France de Formule 3 avec 8 victoires
2002 Champion Intercontinental de F3000 avec 3 victoires, vainqueur des 24 Heures de Spa
2003 “Rookie of the Year” en Champ Car
2004 Champion de Champ Car avec 7 victoires
2005 Champion de Champ Car avec 6 victoires
2006 Champion de Champ Car avec 7 victoires
2007 Champion de Champ Car avec 8 victoires

[modifier] Ses 6 participations aux 24 heures du Mans
Année Numéro Voiture Catégorie Copilotes Essais qualificatifs Résultat en course
1 1999 67 Porsche 911 GT2 LM GTS Jean-Pierre Jarier / Pierre de Thoisy 35ème Abandon
2 2000 16 Courage C52/Peugeot LMP900 Emmanuel Clérico / Olivier Grouillard 17ème 4ème
3 2001 17 Courage C60/Peugeot LMP900 Jean-Christophe Boullion / Laurent Redon 13ème 13ème
4 2002 17 Courage C60/Peugeot LMP900 Jean-Christophe Boullion / Franck Lagorce 19ème 10ème
5 2004 17 Pescarolo C60/Judd LMP1 Emmanuel Collard / Nicolas Minassian 5ème Abandon
6 2007 8 Peugeot 908 LMP1 Pedro Lamy / Stéphane Sarrazin Pole Position 2ème

[modifier] Son unique participation aux 500 Miles d’Indianapolis

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.