Stirling Moss

Un article de WikiF1, l’encyclopédie libre du sport automobile et de la Formule 1.

Stirling Moss (GP Historique de Monaco 2006)

Agrandir

Stirling Moss (GP Historique de Monaco 2006)

Sir Stirling Moss est un ancien pilote de Formule 1 britannique, né le 17 septembre 1929 à West Kensington en Angleterre. Il est considéré comme “Le champion sans couronne” de la Formule 1 à cause de ses quatres 2ème place consécutives au championnat du monde de Formule 1. Il ne réalisa donc jamais son rêve de devenir le premier britannique champion du monde.

Sommaire

Biographie

Premiers pas

Né à West Kensington dans une famille où le sport automobile comptait beaucoup, Stirling commence sa carrière à 18 ans en 1948, sur des courses de montagne. Plutôt bon, il passa aux courses sur circuit en 1949 en remportant ses premières courses en Formule 3. En 1950, il conduite la HWM en catégorie Formule 2. En 1951, il put décrocher un volant en Formule 1 chez Hersham & Walton Motors. L’aventure commence.

Des débuts difficiles

Sa carrière en F1 commence plutôt mal. Il faut dire qu’en 1951, les italiennes Alfa Romeo et Ferrari laissaient peu de chances aux voitures britanniques. Il ne court qu’une course, en Suisse, où il finira 8ème. En 1952, il court 5 courses avec HWM, ERA et Connaught. Il n’en terminera aucune, abandonnant 4 fois sur casse moteur. Stirling eut plus de réussite en rallye : il termina 2ème pour son premier essais au rallye de Monte-Carlo. En 1953, il court 4 courses avec Connaught puis Cooper, il terminera 6ème au Nürburgring. Pour Moss, il est temps de prouver ce qu’il vaut réellement. Il refusa même une offre de Ferrari. Cependant, pour 1954, Stirling décida qu’il allait élargir son expérience afin de courir de façon compétitive.

Cette année-là, il aborde Alfred Neubauer, le patron de Mercedes, mais celui-ci préfère que Moss fasse ses preuves avant de l’engager en 1955. Stirling engage donc une Maserati 250F à titre privé. En prenant la troisième place pour la première fois dans le Grand Prix de Belgique, il confirma qu’il avait pris la bonne décision. La suite de la saison sera moins heureuse, avec une voiture péchant par fiabilité. Il réussira tout de même à se qualifier 3 fois consécutivement en première ligne sur la grille de départ. Ce qu’il faut pour que Moss passe la saison 1955 aux côté du double champion du monde en titre, Juan Manuel Fangio.

Sa série de titre de vice-champion du monde

La forme de Stirling Moss au cours de 1954 convainquit Neubauer de l’engager pour Mercedes en 1955 afin de piloter aux côtés de Juan Manuel Fangio. Et cela devint l’un des meilleurs couples de pilotes qui aient jamais existé, une relation entre maître et élève qui fonctionnait vraiment. De plus, cette entente magique était grandement aidé par leur voiture, qui était de loin la meilleure du plateau. Cela lui permit de remporter sa première victoire en Championnat du monde quand Fangio le laissa passer lors du Grand Prix de Grande-Bretagne à Aintree (où il réalisa ainsi le doublé pole/victoire). Ils terminèrent la saison avec Fangio récoltant le titre mondial pour la troisième fois et Stirling en deuxième position. Les autres pilotes n’étaient cette année-là que des figurants. Les perspectives de poursuite de cette association idéale pour 1956 furent écrasées par la décision de Mercedes de se retirer de la course à la suite de la tragédie du Mans qui tua plus de 80 spectateurs.

Pour la saison 1956, Stirling alla donc chez Maserati tandis que Fangio rejoignit Ferrari. Devant les quelques petits déboires de Fangio, Moss s’annonce comme un sérieux candidat au titre. Il remporte 2 victoires, soit une de moins que Fangio. C’est lors de la dernière course que Peter Collins, en donnant sa voiture à Fangio, lui offre également un 4ème titre, Moss est donc à nouveau 2ème.

Stirling revint à la course dans des voitures britanniques en 1957 avec l’équipe Vanwall dirigée par Tony Vandervell. Il récolta trois victoires, mais malgré tout il ne termina l’année que derrière Fangio.

La saison 1958 s’annonce prometteuse, le départ du Maestro argentin offrant à Stirling les meilleurs chances de titre. Malgré ses 4 victoires, Moss dut s’incliner derrière Mike Hawthorn, qui ne fut vainqueur qu’une seule fois mais termina 5 fois à la seconde place. Il perdit le titre en fin de course quand son rival Mike Hawthorn réussit à dépasser le coéquipier Phil Hill de Ferrari dans le Grand Prix du Maroc afin de s’approprier le point supplémentaire dont il avait besoin pour devancer Stirling Moss, lequel avait gagné la course. Pour un seul point, Moss voit s’envoler son rêve de devenir le premier pilote britannique à remporter le titre mondial en F1, au profit de Mike Hawthorn sur sa Ferrari. A noter qu’au grand-prix d’Argentine, il remporta la première victoire d’une Formule 1 dont le moteur était situé à l’arrière.

En 1959, après un début de saison difficile, malgré une pole à Monaco, Moss réussit à remporter 2 courses avec Cooper-Climax.

En 1960, Moss court avec une Lotus avec laquelle il remporte la première victoire de l’écurie de Colin Chapman, à Monaco. Cette année-là, il gagna de nouveau à Riverside après avoir récupéré à la suite de blessures aux jambes et au dos qu’il reçut lorsqu’il fut projeté hors de sa voiture en cours de qualification du Grand Prix de Belgique.

Sa fin de carrière

Le monde de la Formule 1 changea radicalement en 1961 car les moteurs traditionnels de 2,5 litres furent interdits. Les organisateurs avaient décidé qu’à partir de ce moment-là, seuls des moteurs de 1,5 litres seraient utilisés. Ferrari était bien préparé et son moteur était dans la classe approprié, ce qui donna le titre mondial au leader d’équipe Phil Hill, après que son autre challenger Wolfgang von Trips fut tué dans le Grand Prix d’Italie. Stirling Moss continua à piloter avec un moteur Climax Coventry moins puissant, installé dans la Lotus, et il réussit cependant à gagner à deux reprises dans des circuits plein de tournants (il remporta ainsi pour la troisième fois le grand prix de Monaco et gagna sa seizième et dernière victoire sur le difficile tracé de l’ancien Nürburgring), sur lesquel il pouvait gagner du temps grâce à son adresse inégalée en matière de pilotage. Comme en 1959 et 1960, il terminera 3ème du championnat cette année.

Tout ce savoir-faire fut réduit à néant lors du X Glover Trophy (hors Championnat) de Pâques couru sur le circuit de Goodwood le 23 mars 1962. Stirling s’écrasa contre un talus et souffrît de lésions cérébrales. Les images sanglantes de Stirling Moss coupé à la nuque choquèrent le pays mais, heureusement, il récupéra ses facultés. Stirling prit la décision de ne pas revenir car il sentait que ce petit plus qu’il possédait autrefois n’existait plus.

Fiche Signalétique

  • Britannique
  • Né le 17 Septembre 1929 à West Kensington (Angleterre)
  • Débuts en GP : Suisse 1951
  • Dernier GP : Etats-Unis 1961
  • Nombre de GP disputés : 66 (2 non-qualifications)
  • Meilleur résultat en course : 1er (16 fois)
  • Meilleur résultat en qualifications : 1er (16 fois)
  • Nombre de points marqués : 185,5
  • Nombre de meilleurs tours : 20
  • Nombre de podiums : 24
  • Meilleur classement au championnat : 2ème (1955, 1956, 1957, 1958)

Carrière en F1

Palmarès

  • 1950 : vainqueur du GP de Monaco F3 et du Tourist Trophy
  • 1951 : vainqueur du Tourist Trophy
  • 1954 : vainqueur des 12 heures de Sebring
  • 1955 : vice-champion du monde de Formule 1
  • 1955 : vainqueur des Mille Miglia
  • 1955 : vainqueur de la Targa Florio
  • 1955 : vainqueur du Tourist Trophy
  • 1956 : vice-champion du Monde de Formule 1, vainqueur du Grand Prix d’Australie
  • 1957 : vice-champion du Monde de Formule 1
  • 1958 : vice-champion du Monde de Formule 1, vainqueur du Tourist Trophy
  • 1959 : vainqueur du Tourist Trophy
  • 1960 : vainqueur du Tourist Trophy
  • 1961 : vainqueur du Tourist Trophy

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.